Notre Dame des Landes

"Le motif de base de la résistance était l'indignation. Nous vétérans des mouvements de résistance et des forces combattantes de la France libre, nous appelons les jeunes générations à faire vivre, transmettre, l'héritage de la résistance et ses idéaux. Nous leur disons : prenez le relais, indignez-vous ! Les responsables politiques, économiques, intellectuels et l'ensemble de la société ne doivent pas démissionner, ni se laisser impressionner par l'actuelle dictature des marchés financiers qui menacent la paix et la démocratie.

Je vous souhaite à tous, à chacun d'entre vous d'avoir votre motif d'indignation. C'est précieux."

Stéphane Hessel

vendredi 5 octobre 2012

En vrac : OGM, Arctique et Climat

Climat : Neuf personnes sur dix pensent que le climat a changé et trois sur quatre que c'est prouvé. C’est ce qui ressort d’une étude dirigée par Ipsos pour le compte d'Axa dans treize pays du monde auprès de 13.000 personnes. Les personnes interrogées affirment qu’en effet le climat connaît d'importants changements, scientifiquement prouvés, que cela interfère dans la vie quotidienne et reste une inquiétude forte au-delà de la crise économique. Ces réponses peuvent surprendre car il semblait qu’il y avait un déclin d'intérêt, ces dernières années, pour les questions climatiques mais il n’en est rien, «Même si l'emploi et le chômage sont aujourd'hui au sommet des priorités, les préoccupations des citoyens sur ces questions restent constantes», assure toutefois le directeur du département opinion et recherche sociale chez Ipsos. Même dans les pays tels que les États-Unis ou la Grande-Bretagne où le climato-scepticisme est le plus largement répandu et les réponses moins unanimes, les opinions restent néanmoins majoritairement convaincues. Reste à se bouger, maintenant que la prise de conscience est là et à faire pression pour demander un vrai changement des orientations politiques et industrielles.

----------------------

Arctique, la mobilisation des écologistes paye : Après la suspension des forages par Shell puis par Gazprom ces dernières semaines, Total fait aujourd’hui une annonce fracassante en matière d’exploitation du pétrole en Arctique par l’intermédiaire de Christophe de Margerie, son PDG, en expliquant que «Les industriels devraient s’abstenir de chercher du pétrole dans ces eaux car les risques liés à l’environnement y sont trop élevés ». Mais, dans le même temps, si M. De Margerie annonce qu’une marée noire ferait vraiment désordre sur la glace immaculée de l’Arctique, il n’a pas les mêmes préoccupations pour ce qui est du gaz, dont les fuites sont effectivement moins visibles, mais dont les projets ne sont pas acceptables pour la préservation du climat. Il est aujourd’hui inconcevable de vouloir continuer à exploiter les dernières réserves d’énergies fossiles que renferme la planète dans un contexte de dérèglement climatique croissant, et alors que la fonte de la banquise a atteint des records il y’a quelques jours seulement.

----------------------

OGM : le lobby agro-industriel ne décolère pas et ne désarme pas. Restons mobilisés et soutenons le Pr Séralini qui est diffamé odieusement alors qu’il a utilisé « la même lignée de rats que celle utilisée par Monsanto pour ses tests. Les premières tumeurs sont apparues sur certains au bout de 4 mois seulement, et beaucoup de rats traités au maïs OGM NK603 ont dû être sacrifiés en cours d’étude, car leurs tumeurs avaient atteint plus de 25% du poids de leur corps ». Le chercheur ajoute « Je n’empêche personne de refaire mon expérience avec 50 rats par groupe. Mais je note que personne ne l’a suggéré. Que craignent-ils de découvrir ? », et observe enfin « On a sans doute mis le doigt où ça fait mal. […] La seule question qui vaille est celle-ci : pourquoi, alors que l’humanité entière consomme ces produits, personne n’a eu le courage politique de faire des études approfondies sur les OGM comme on vient de le faire ? ».

Remarque de Cécile C (Docteur ès Sciences) : "Honnêtement certains des arguments ne tiennent pas dans le rapport publié par l'EFSA (qui remet en cause la validité de l'étude du CRIIGEN) notamment la lignée des rats et les statistiques : même si la souche de rat utilisée est plus sensible aux tumeurs, le groupe témoin est justement là pour en tenir compte, de plus, même si les tests ont été faits sur 20 rats, la significativité statistique a certainement été évaluée... Bref, il semblerait qu'il y ait une recherche de contre-arguments à tout prix pour maintenir l'autorisation de culture, alors que l'application du principe de précaution dicterait une démarche complètement opposée.."

PS de Bruno : Merci Cécile de ces précisions primordiales.

Aucun commentaire: