Notre Dame des Landes

"Le motif de base de la résistance était l'indignation. Nous vétérans des mouvements de résistance et des forces combattantes de la France libre, nous appelons les jeunes générations à faire vivre, transmettre, l'héritage de la résistance et ses idéaux. Nous leur disons : prenez le relais, indignez-vous ! Les responsables politiques, économiques, intellectuels et l'ensemble de la société ne doivent pas démissionner, ni se laisser impressionner par l'actuelle dictature des marchés financiers qui menacent la paix et la démocratie.

Je vous souhaite à tous, à chacun d'entre vous d'avoir votre motif d'indignation. C'est précieux."

Stéphane Hessel

mardi 24 août 2010

Le désir mimétique : le retour de la vengeance !

Il y a quelques mois, dans la série d’articles intitulée « Mixer le bonheur », j’avais abordé le thème du désir mimétique (http://bruno-b.blogspot.com/2010/02/mixer-le-bonheur-37.html) qui me semble être une grille de lecture particulièrement puissante et intéressante pour essayer de décoder les comportements humains. Je rappelle que le « désir mimétique » a été mis en évidence par René Girard et pourrait se résumer à l’idée suivante : « je désire selon le désir de l’autre ». Si cette hypothèse me semblait particulièrement séduisante, je n’avais jamais pu lire de littérature scientifique sur le sujet permettant de l’asseoir un peu plus solidement. Jusqu’à présent, ma seule observation attentive de nos comportements me permettait de penser que ce mode de fonctionnement était une réalité. Or ce manque vient d’être comblé coup sur coup par deux articles parus dans le n°40 de la revue « cerveau et psycho » (juillet / août 2010).

Je ne résiste pas au plaisir de les livrer à votre sagacité.

Le premier, paru en page 9 est intitulé : « « Amour copieur - Le désir est contagieux... ». Le voici repris in extenso : « Certains caressent le rêve d'un amour idéal, pur, éthéré, œuvre de Cupidon. Ils seront déçus... Selon une étude de l'Université de l'Indiana, le désir amoureux serait en grande partie conformiste et l'on aurait tendance à désirer... ce que les autres désirent.

Skyller Place et ses collègues ont fait participer des jeunes adultes, hommes et femmes, à des séances de speed dating. Après une première séance avec un(e) partenaire, ils leur ont demandé de noter sur une échelle de un à dix leur désir de rencontrer à nouveau cette personne. Ensuite, ils leur ont projeté un enregistrement vidéo d'une autre séance de speed dating où la personne précédemment rencontrée interagissait avec un autre partenaire. Dans certains cas, ce nouveau partenaire avait une attitude très positive et enthousiaste ; dans d'autres, sa réaction était indifférente.

Après cette séance, S. Place a demandé aux participants de noter à nouveau leur désir de revoir cette personne. Il a constaté que le désir des participants augmentait notablement quand ils avaient vu un autre partenaire exprimer du désir pour elle. Cet effet valait aussi bien pour les hommes que pour les femmes.

Il existe donc une tendance à désirer une personne selon l'attrait exprimé par les autres. Pour les femmes, il s'agirait de choisir rapidement un bon parti, en économisant le temps lié à l'évalua­tion du partenaire. L'attitude des autres femmes serait alors un indicateur précieux. Pour les hommes, il s'agirait plutôt d'entrer en compétition avec des rivaux autour d'une même femme, pour affirmer son propre statut et sa domination... »

Le second, publié en page 7, est intitulé « Où sont les chaussures d’Angelina ? ». Là encore, le voici repris en entier : « Les chaussures d'Angelina Jolie sont de toutes les formes et de toutes les couleurs. Il y en a des centaines, mais elles ont un point commun : toutes activent la même aire cérébrale des femmes désireuses d'imiter leur actrice préférée. Cette aire cérébrale - le cortex orbitofrontal médian s'active quand on présente à une femme une paire de chaussures en même temps que le visage d'une célébrité, mais pas si on lui montre séparément les chaussures ou le visage d'Angelina. La conclusion est simple : cette zone du cerveau réalise un couplage entre un objet... et une célébrité. Elle réalise ainsi un transfert de la notoriété du people vers l'objet. Quelle aubaine pour les publicitaires ! ».

Troublant, non ?

Christophe BOMBLED

2 commentaires:

JC GUILLOU a dit…

C'est pour ca que les hommes maries ont toujours du succes avec les femmes. Ce qui est pris en bon a prendre. Idem pour les hommes, notre instinct de chasseurs et de competiteurs fait que l'on essaye de seduire ola femelle qui plait au groupe ou a l'autre meme si elle nous laisserait indifferent en d'autres circonstances. En revanche j'ai note qu'une femme au bras d'un alpha male (beau gosse, viril) est rarement convoite... c'est la que l'on reconnait les alpha males dans la societe.
La morale de l'histoire est que si vous voulez avoir du succes avec les femmes mariez vous d'abord et ayez toujours une photo de votre couple heureux avec vous.. rien de tel pour emoustiller la future conquete.
Bien entendu la monogamie et la fidelite offre des satisfactions beaucoup plus profondes et plus tangibles que la frivolite et le libertinage.

Bruno a dit…

Alors là, le coté "hommes mariés qui ont du succès auprès des femmes", à mon avis c'est une légende urbaine !

Je serai plus modéré que toi concernant ton dernier paragraphe.