Notre Dame des Landes

"Le motif de base de la résistance était l'indignation. Nous vétérans des mouvements de résistance et des forces combattantes de la France libre, nous appelons les jeunes générations à faire vivre, transmettre, l'héritage de la résistance et ses idéaux. Nous leur disons : prenez le relais, indignez-vous ! Les responsables politiques, économiques, intellectuels et l'ensemble de la société ne doivent pas démissionner, ni se laisser impressionner par l'actuelle dictature des marchés financiers qui menacent la paix et la démocratie.

Je vous souhaite à tous, à chacun d'entre vous d'avoir votre motif d'indignation. C'est précieux."

Stéphane Hessel

lundi 30 mai 2011

Les émissions de CO2 ont atteint un niveau record en 2010


Les émissions de CO2 ont atteint leur plus haut niveau historique en 2010, dépassant de 5 % leur précédent record enregistré en 2008. Il s'agit d'un "sérieux revers" pour la lutte contre le réchauffement climatique, annonce, lundi, l'Agence internationale de l'énergie.

Ce record fait craindre une élévation de la température supérieure à 2 °C, seuil au-delà duquel pourrait advenir un "dangereux changement climatique" selon les scientifiques. Des données non publiées de l'AIE ont révélé que la récession mondiale n'avait eu que très peu d'impact sur les émissions en 2010, année où l'augmentation s'est élevée à 1,6 gigatonne de CO2 rejeté dans l'atmosphère par rapport à 2009.

"C'est la pire nouvelle en ce qui concerne les émissions" de CO2, a affirmé au journal britannique The Guardian l'économiste en chef de l'AIE, Fatih Birol. "Ça devient un défi extrêmement difficile à tenir de rester sous les 2 °C, a-t-il ajouté. Les perspectives sont mauvaises."

AU-DELÀ DES 4 °C VERS 2100

Pour échapper aux pires effets du réchauffement, l'AIE a averti que les émissions annuelles de CO2 ne devaient pas dépasser les 32 gigatonnes en 2020. Or, selon les dernières estimations, ces rejets ont atteint 30,6 gigatonnes en 2010.

Nicholas Stern, de la London School of Economics, auteur d'un rapport sur le changement climatique qui fait autorité, prévoit les pires conséquences si les émissions de CO2 ne diminuent pas. Les projections "supposent qu'il y a 50 % de possibilité que l'augmentation de la température dépasse 4 °C vers 2100", a-t-il affirmé au Guardian. "Une telle chaleur perturberait les vies et les moyens d'existence de centaines de millions de personnes à travers la planète, menant à un large mouvement de migration et au conflit", a-t-il averti.

Le monde.fr

1 commentaire:

christophe a dit…

Quand on voit que deux mois de secheresse commencent à perturber notre système de production agricole, que l'on commence à s'inquiéter de la façon de refroidir nos centrales nucléaires, on ne peut que se dire que notre système est très fragile. Dès lors, je ne comprends pas que le changement climatique n'inquiète pas plus que cela les populations. Comment ferons nous pour nous adapter sans heurt (autrement dit pour assurer une alimentation suffisante à tous) dans un monde au climat perturbé avec une énergie (le pétrole) chère (car pour s'adapter, il faut de l'énergie, sans elle rien n'est possible) ? Ne pas se soucier du climat alors que la météo en dépend et que notre agriculture dépend d'elle, c'est vraiment suicidaire me semble-t-il.