Notre Dame des Landes

"Le motif de base de la résistance était l'indignation. Nous vétérans des mouvements de résistance et des forces combattantes de la France libre, nous appelons les jeunes générations à faire vivre, transmettre, l'héritage de la résistance et ses idéaux. Nous leur disons : prenez le relais, indignez-vous ! Les responsables politiques, économiques, intellectuels et l'ensemble de la société ne doivent pas démissionner, ni se laisser impressionner par l'actuelle dictature des marchés financiers qui menacent la paix et la démocratie.

Je vous souhaite à tous, à chacun d'entre vous d'avoir votre motif d'indignation. C'est précieux."

Stéphane Hessel

lundi 29 janvier 2007

Pourquoi je risque de voter PS ?

Les Américains ont eu leur 11 sept 2001, …

… nous, nous avons eu notre 21 avril 2002 !

Ne dit on pas que la France possède la droite la plus bête du monde ?

Et la vraie gauche alors ? En effet, c'est avec affliction que j'observe l'incapacité des antilibéraux à présenter une candidature unique. La multiplication des candidatures, comme chacun sait, disperse les voix d'électeurs qui, au final, auraient pu se rejoindre sur énormément de sujets. Mais, pour cause d'ego surdimensionnés et de replis sur soit, la victoire est impossible.

Où est l'intérêt d'une telle situation ?

Si une telle aventure n'était pas dangereuse pour notre démocratie et ne risquait pas d'avoir, au second tour, un duel Sarko-Le Pen, nous pourrions en rigoler. Mais la situation ne prête guère à sourire. Avec un FN toujours en embuscade et un little-big-brother qui proposera toujours plus de précarité pour les plus faibles (chaque malade devra payer, à chaque acte médical, une franchise non remboursable par la sécu ni par la mutuelle, par exemple), la France et les plus vulnérables seront en réel danger. Nous pourrons observer avec tristesse une France à deux vitesses.

Etant hors de question, pour moi, de revivre le traumatisme de 2002 et après avoir discuté avec plusieurs camarades de différents collectifs, je me dis que je commence à avoir une idée de ma stratégie de vote pour le premier tour de 2007. Mon choix de vote se déterminera en fonction du nombre de candidats antilibéraux qui se présenteront. Si la gauche antilibérale présente deux ou trois candidats, je voterai P.S. ! GLUPS !!! C'est con et désespérant, mais en cas de candidature multiple je ferai résolument barrage à la droite (UMP et FN) en votant Royal. Non par amour ni passion, mais par pragmatisme. Non pas que j'oublie que le P.S. a baissé les bras face au capitalisme, mais je ne veux jamais avoir à voter Sarko pour faire barrage à Le Pen !

Je dis cela sans renier ma signature pour une candidature de José Bové. Je persiste et re-signe, mais s'ils sont deux ou trois antilibéraux, je ne donnerai mon vote à personne, même pas à Bové. Bové qui est pourtant un homme pour qui j'ai beaucoup d'affection. Un homme que j'ai, depuis longtemps, suivi et que j'ai soutenu dans ses actions. Nous admirons, lui comme moi, la non violence de Gandhi. J'aime ses positions de désobéissance civique. Il est l'un des rares hommes politique qui met sa liberté physique en danger pour faire avancer ce qu'il croit juste. Bref, j'assume ma signature. C'est une signature pour Bové et sûrement pas contre M-G Buffet ni O. Besancenot. Pas contre le PCF ni la LCR. C'est une signature pour continuer à forcer le système à se renouveler. La révolution doit commencer au sein de la gauche antilibérale. Casser les carcans. Mais si l'on observe attentivement la situation actuelle, on se retrouve dans : "on prends les mêmes et on recommence". Bref, mêmes causes, mêmes effets !

C'est nul et pour rien au monde je ne veux revivre un 2002, et c'est pourquoi, j'ai envie de dire à nos candidats :

"Mettez vous d'accord entre vous,
ne présentez qu'un candidat, soyez tous unis derrière nos idées
ou j'appellerai, autour de moi, à voter P.S. !
Nous sommes nombreux à penser comme cela !"


1 commentaire:

Bruno B. a dit…

Quid de la gauche anticapitaliste ?

Les partis et mouvements de la gauche anticapitaliste sont issus des scissions et des drames qui ont ponctués l’Histoire de 1914 à nos jours… les communistes, socialistes, trotskistes, maoïstes, gauchistes de tous poils, alter- mondialistes, écolos ont changé de sigle parfois mais leurs idées sont restées intactes.
Toutes ces composantes, et j’en oublie, ont été capables de s’unir sur un refus : le NON au référendum sur la constitution européenne libérale. Ils sont allés plus loin en s’unissant pour un programme de gouvernement satisfaisant mais n’ont pas été capables de s’unir pour une candidature commune aux Présidentielles.
De fait, leur passé les a rattrapés. L’inconscient collectif de chacun de ces mouvements a agi : les vieilles rancoeurs, les vieux démons de la division sont ressortis…
Cela me fait tristement penser à la guerre de Yougoslavie dont les peuples se sont entretués pour des haines fomentées avant et pendant la guerre 39 - 45 et qui semblaient avoir disparues après la guerre avec les nouvelles générations, or elles étaient mises sous le boisseau par le régime de Tito, mais toujours présentes. Presque 50 ans après, les jeunes reprenaient les querelles de leurs pères oustachis, communistes, nationalistes, etc.…
Depuis la Bible, rien n’a-t-il donc changé ? Je cite de mémoire : « Les pères ont mangé les raisins verts et les enfants auront les dents agacées »…
Pourtant la génération née après la guerre a 60 ans. Aucun d’entre nous, gens de la Gauche antilibérale de 2007, n’est ni coupable, ni responsable, du Léninisme, du Trotskisme, du Stalinisme, du Maoïsme, de la Révolution Culturelle en Chine et j’en passe… Aucun de nous n’a défendu ni Pol Pot, ni les dirigeants sinistres de Corée du Nord, mais nos inconscients sont porteurs de cette Histoire. Il faudra en parler un jour… grâce aux travaux des historiens, avec détachement, sans passion, sans travestir les réalités… Nous pensions que cela avait été mis à plat, il n’en est rien apparemment.
Après les accords sur le programme, il fallait laisser la démocratie s’exercer. C’est le plus mauvais système à l’exception de tous les autres ! Le vote des membres inscrits, avec une participation financière, dans un mouvement du 29 mai 2005, aurait dû permettre de choisir la meilleure candidature anticapitaliste.
Alors là, l’inconscient collectif des groupes intervint : il défendit les idées et schémas archaïques sous couvert de modernité : le double consensus dont chacun pensait par devers lui qu’il était impossible à réaliser puisqu’une poignée de dirigeants pouvaient faire jeu égal avec des centaines de collectifs…la division s’ensuivit naturellement.

C’est à l’inconscient des gens que s’adressent Le Pen et Sarko. Ils parlent aux peurs primitives : à l’instinct de survie personnelle en suscitant la peur des Autres, des étrangers qui vont prendre leur pain, leurs places, etc… et à l’instinct de prédation et de possession. Ils amènent les gens à penser que les Autres (étrangers, pauvres, migrants) les menacent en permanence alors que les capitalistes qui se gobergent loin au- dessus d’eux, à peine visibles, leur paraissent inatteignables. Un appartement HLM est un bien convoitable par beaucoup alors qu’un appartement sur les Champs Elysées est aussi irréel qu’un château en Espagne. Quelques centaines d’euros distribués aux SDF sont soupesés dans la réalité quotidienne alors que des milliards d’euros gagnés en Bourse sont des sommes virtuelles car inimaginables par la plupart des gens. Les prédateurs ont beau jeu de désigner les coupables de la gabegie ! Relisons « Les animaux malades de la Peste » La Fontaine avait déjà tout compris…
Et pendant ce temps- là, les partis et mouvements anticapitalistes se déchirent ou s’ignorent à qui mieux- mieux…
Voici mes réflexions sur notre Gauche qui représente une force de quarante pour cent de la population au moins. Allons- nous forcer nos politiciens à s’unir ? Allons- nous renoncer ? Avons-nous besoin de 50 ans de plus de libéralisme triomphant pour nous en débarrasser ?
L’inconscient peut être un ami lorsqu’on le reconnaît et qu’on le libère de ses peurs et de ses angoisses, mêmes collectives !

Yvette