Notre Dame des Landes

"Le motif de base de la résistance était l'indignation. Nous vétérans des mouvements de résistance et des forces combattantes de la France libre, nous appelons les jeunes générations à faire vivre, transmettre, l'héritage de la résistance et ses idéaux. Nous leur disons : prenez le relais, indignez-vous ! Les responsables politiques, économiques, intellectuels et l'ensemble de la société ne doivent pas démissionner, ni se laisser impressionner par l'actuelle dictature des marchés financiers qui menacent la paix et la démocratie.

Je vous souhaite à tous, à chacun d'entre vous d'avoir votre motif d'indignation. C'est précieux."

Stéphane Hessel

jeudi 18 janvier 2007

Réhabilitons l'impôt sur le revenu

Une petite réflexion, comme ça en passant. En ces temps de campagne électorale on entend beaucoup de choses et beaucoup de phraséologie dogmatoire. L'UMP me fait penser à ce sketch, de Marc Jolivet, qui pastiche deux prétendants à une élection, qui vont de surenchère en surenchère, pour finir par des promesses du genre "si vous votez pour moi, je me mets nu !" etc.… Là, bien évidement, nous n'en sommes pas encore là mais chacun y va de son couplet sur les impôts. Sujet parfait pour s'accaparer les faveurs du peuple. Mais, au risque d'être politiquement incorrect, je trouve ce débat parfaitement irritant et démagogique.

Je me permets, une fois de plus de dénoncer cette droite qui maintient nos concitoyens dans une illusion incantatoire criminelle. La droite souhaite baisser les impôts ! Mais tout en gardant les même avantages et services qu'offre notre nation ?

C'est tellement facile, comme sujet, les impôts. C'est tellement facile, car il y a, en France, une culture collective de détestation de l'imposition. Cette détestation est issue de notre histoire où les impôts servaient à enrichir les nobles. Où les impôts servaient à enrichir des familles aux détriments du peuple (Soit dit en passant, c'est, exactement, ce qui se passe avec la bourse : les actionnaires s'enrichissent aux détriments des travailleurs). Le peuple en a développé, à juste titre, une horreur vis-à-vis de ces prélèvements. Mais, comme souvent, ce qui est enfoui au plus profond de nous, en provenance de centaine d'années de certitudes, est difficile, sans volonté éclairée, à éliminer de notre inconscient. Il en va ainsi de l'impôt, comme il en va de notre vision métropolitaine des noirs qui restent cantonnés à des rôles secondaires, car notre inconscient, n'a pas digéré des centaines d'années de colonialisme. Réveillons nous, redevenons maître de nos pensées !

Ainsi donc, constatons que les français n'ont pas encore compris que les impôts du XXIème siècle ne servent pas à enrichir quelques familles bien nées, mais servent à la solidarité national.

En vérité, je vous le dis, contrairement à la TVA, l'impôt sur le revenu s'avère le seul prélèvement véritablement juste, car il est proportionnel aux revenus et aux possibilités des travailleurs. La TVA, elle, pour le coup, taxe de façon identique les pauvres comme les riches. Et c'est bien là l'image de la différence entre la gauche et la droite, la droite c'est, "Chacun paye la même chose" alors que la gauche c'est, "chacun participe suivant ses moyens". C'est fondamentalement différent. Les impôts servent à payer les infrastructures, des profs, des hôpitaux etc.… Aussi, diminuer les impôts c'est tendre à ne plus pouvoir financer tout cela, ne plus pouvoir financer la solidarité nationale. Solidarité que les agriculteurs, les chefs d'entreprises et autres patrons détestent quand il faut payer, mais qu'ils implorent quand leurs affaires ne fonctionnent plus. Alors pour pouvoir continuer à avoir les même prestations de vie, chacun devra prendre des assurances privées, des écoles privées, des services de sécurité privés etc.… bref pour les plus riches ce sera possible, mais pas pour les autres. Ainsi, la baisse des impôts ne peut pas augmenter le pouvoir d'achat, c'est bien le contraire qui se passe. Plus on baisse la solidarité national plus le pouvoir d'achat baisse. Il n'y a qu'à regarder ce qui se passe aux USA, qui, comme on le sait, n'est pas le pays où il fait bon vivre quant on est pauvres.

Alors réhabilitons l'impôt sur le revenu avec un fort réaménagement de celui-ci, notamment une augmentation du nombre tranches, une augmentation de l'ISF sans plafonnage possible, une participation des bénéfices capitalistiques, une baisse de la TVA avec, en compensation, une vrais baisse, exactement proportionnelle, des prix etc …

Il est bon, de temps en temps, de rappeler certaines évidences.

Aucun commentaire: