Notre Dame des Landes

"Le motif de base de la résistance était l'indignation. Nous vétérans des mouvements de résistance et des forces combattantes de la France libre, nous appelons les jeunes générations à faire vivre, transmettre, l'héritage de la résistance et ses idéaux. Nous leur disons : prenez le relais, indignez-vous ! Les responsables politiques, économiques, intellectuels et l'ensemble de la société ne doivent pas démissionner, ni se laisser impressionner par l'actuelle dictature des marchés financiers qui menacent la paix et la démocratie.

Je vous souhaite à tous, à chacun d'entre vous d'avoir votre motif d'indignation. C'est précieux."

Stéphane Hessel

samedi 8 février 2014

J.O. de Sotchi : le revers de la médaille

L'organisation des Jeux olympiques de Sotchi, qui se déroulent du 7 au 23 février, a engendré un chantier pharaonique qui a coûté la bagatelle de 37 milliards d'euros. La facture environnementale est, comme d'habitude, elle aussi salée mais la résistance pour l'égalité y a trouvé une belle tribune.


Ainsi sous la peinture verte étalée par le comité d'organisation (CO) dans un communiqué de presse publié le 4 février la réalité est plus noire. Le tableau dressé par les associations de défense de l'environnement, qui ont claqué la porte du comité d'organisation en 2010, est tout autre : hectares de forêts détruits, décharges sauvages, transformation du lit de la rivière Mzymta, pollution de l'eau, disparition des saumons, d'oiseaux migrateurs…

Le projet initial a bien été corrigé pour tenir compte des nombreux avertissements du Programme des Nations unies pour l'environnement (Pnue) mais est-ce que cela aura été suffisant ? Le Pnue, après une visite en octobre dernier, s'est dit satisfait. L'abandon du projet de piste de bobsleigh et de village olympique sur une réserve naturelle, salué par les associations, puis la création d'un parc ornithologique (qui représente 10% de la zone à compenser selon les ONG), la réintroduction du léopard perse, les engagements autour de la réserve de biosphère du Caucase ont permis de verdir le projet.

Mais transformer une petite station balnéaire, implantée au sein d'un parc naturel, en site d'accueil pour les jeux d'hiver n'est forcément pas neutre pour l'environnement. Il a fallu notamment construire, en un temps record, 77 ponts, creuser douze tunnels, créer quatre stations de ski, les alimenter en tonnes de neige artificielle… Au total, plus de 367,3 km de routes et de ponts auraient été construits, ainsi que 201 km de voies ferrées. La ville de Sotchi (400.000 habitants, un million de visiteurs par an) est désormais traversée par une autoroute à quatre voies, qui la relie, sur près de 16 km à l'aéroport. Une rocade a également été créée. Sans parler des nombreux bâtiments construits pour accueillir les 100.000 visiteurs attendus. L'ensemble de ces infrastructures a conduit inévitablement au morcellement des espaces naturels, habitat de nombreuses espèces. Les actions de compensation seront-elles suffisantes ?

Seul point positif, à mes yeux, aura été qu'à avoir voulut interdire « la propagande homosexuelle », Poutine aura fait de ces Jeux de Sotchi, une véritable tribune mondiale pour la défense des droits LGBT. Dès lors et devant la répression, la résistante aux lois iniques instaurées en Russie, tournées contre les Gay et Lesbiennes, à pris partout dans le monde la voie de la créativité. Ainsi et par exemple, si vous avez fait une recherche sur Google ce vendredi matin, vous avez peut-être vu le moteur de recherches s’afficher aux couleurs du drapeau gay ... En Russie, aussi, les internautes ont eu le droit au même dispositif. De son coté, l’Institut canadien pour la diversité et l’inclusion, a mis en ligne une vidéo où l’ont voit deux hommes sur le point de s’élancer sur une piste de bobsleigh dans un corps-à-corps très « gay ». Pendant tout le temps des Jeux olympiques, certaines villes seront aux couleurs de l’arc-en-ciel. A Vancouver (ville des Jeux en 2010), le drapeau est hissé sur la mairie de la ville. C’est le cas aussi à Montréal, Ottawa, ou Saint-Jean de Terre-Neuve par exemple. Alors que Barack Obama ne s’est pas contenté de constituer une délégation gay, il ne s'est également pas rendu pas à Sotchi, et que François Hollande était en Tunisie pour fêter la nouvelle Constitution, un ministre homosexuel norvégien est venu avec son mari. Ce jeudi, dans le Guardian, 200 grands écrivains ont signé une lettre mettant en cause la politique de Vladimir Poutine. Liberté, Egalité et Fraternité pour tous !!!

D'après actu-environnement.com et rue89.nouvelobs.com.

Aucun commentaire: