Notre Dame des Landes

"Le motif de base de la résistance était l'indignation. Nous vétérans des mouvements de résistance et des forces combattantes de la France libre, nous appelons les jeunes générations à faire vivre, transmettre, l'héritage de la résistance et ses idéaux. Nous leur disons : prenez le relais, indignez-vous ! Les responsables politiques, économiques, intellectuels et l'ensemble de la société ne doivent pas démissionner, ni se laisser impressionner par l'actuelle dictature des marchés financiers qui menacent la paix et la démocratie.

Je vous souhaite à tous, à chacun d'entre vous d'avoir votre motif d'indignation. C'est précieux."

Stéphane Hessel

vendredi 3 mai 2013

400 ppm de CO2 dans l'atmosphère prévus pour ce moi-ci !


La concentration atmosphérique en dioxyde de carbone devrait atteindre 400 ppm en mai 2013 ! Ce moi-ci ! À titre indicatif, avant l’ère industrielle, elle n’avait pas dépassé le seuil de 300 ppm sur 800.000 ans…

L’alerte est lancée : au mois de mai, la concentration en CO2 pourrait bien atteindre la valeur symbolique de 400 ppm dans une grande partie de l’hémisphère nord. L’information vient des relevés de concentration effectués au Mauna Loa Observatory. Ce dernier fournit la plus longue série de mesures continues de la concentration de CO2 dans l’atmosphère. La première mesure, effectuée par Charles David Keeling en mars 1958, affichait une concentration de 316 ppm. Sur les 800.000 dernières années, hors ère industrielle, la concentration de CO2 n’a jamais dépassé 300 ppm.

Si ces mesures ne rendent compte que de l’évolution de la concentration sur le dernier demi-siècle, on estime qu’avant la révolution industrielle, la concentration de gaz carbonique n’excédait pas 280 ppm. D’après Ralph Keeling, qui a repris le flambeau de son père, si l’on continue à ce rythme, nous devrions atteindre 450 ppm d’ici quelques décennies. Les scientifiques pensent que le dernier taux de CO2 dans l’atmosphère aussi élevé remonte au Pliocène, voilà plus de trois millions d’années.

Si les prévisions visent le mois de mai, c’est parce que la courbe de Keeling évolue en dents de scie. La concentration de gaz carbonique est minimale en hiver, et les pics se produisent en général au mois de mai. Si le seuil des 400 ppm est symbolique, il sert de signal d’alarme pour rappeler qu’il faut à tout prix réduire les émissions de gaz à effet de serre maintenant si l’on veut éviter l’augmentation critique de 2 °C pour 2100.

Lire aussi : Global carbon dioxide levels near worrisome milestone

Aucun commentaire: