Notre Dame des Landes

"Le motif de base de la résistance était l'indignation. Nous vétérans des mouvements de résistance et des forces combattantes de la France libre, nous appelons les jeunes générations à faire vivre, transmettre, l'héritage de la résistance et ses idéaux. Nous leur disons : prenez le relais, indignez-vous ! Les responsables politiques, économiques, intellectuels et l'ensemble de la société ne doivent pas démissionner, ni se laisser impressionner par l'actuelle dictature des marchés financiers qui menacent la paix et la démocratie.

Je vous souhaite à tous, à chacun d'entre vous d'avoir votre motif d'indignation. C'est précieux."

Stéphane Hessel

dimanche 18 janvier 2015

Et si le ciel était vide ?

Je suis la Terre ... mais tout le monde s'en fout ! Voici bien pourtant, après les événements dramatiques de ce début d'année, le combat qui devrait mobiliser toutes les foules de tous les pays car, sans notre unique vaisseau spatial nous ne pouvons vivre, c'est peut-être con et naïf de dire cela mais il n'y a pas plus véridique. Levez vous et marchez car la Terre et notre survie à son bord, devraient être nos combats communs et transcendants. Mais l'humanité préfère se battre sur la liberté d'expression vs le blasphème, préfère l'insulte, le crime et le dénigrements autour d'une hypothèse divine plutôt que d'ouvrir les yeux sur la réalité de notre durabilité sur cette planète, mais "Abderrahman, Martin, David, Et si le ciel était vide ?"

Vaste question qui ne trouvera jamais de réponse puisque personne ne pourra prouver quoique ce soit, dès lors, l'humilité des uns et des autres devrait être de mise, puisque toutes les hypothèses se valent impliquant que les croyants sont aussi légitimes que les non-croyants et réciproquement. Mais, lorsque l'on voit que la logique des islamistes - indignes usurpateurs de la religion musulmane - leur dicte d'être offensés par de pauvres caricatures mais ne s'offensent pas des décapitations, des viols, des coups de fouets, des lapidations, du terrorismes, des mutilations génitales, des prises d'otages ... un dessin serait-il donc plus offensant pour Mahomet que les massacres de Daesh, Boko Aram et Al Qaïda ? Et par ailleurs, de ce que j’ai pu apprendre, rien dans le coran n’interdit de caricaturer le prophète, mais seulement dieu, il est légitime, dans ces conditions, de s'interroger sur l'intelligence humaine qui seule, pourtant, peut mener au vivre ensemble et à la liberté ... finalement à la capacité de ces barbares, à vivre en Hommes.

D'un autre coté, un sondage IFOP de ce mois-ci montrerait que 42 % des français estiment qu'il faut éviter de publier des caricatures du prophète si cela choque ou blesse certains musulmans. Cela part probablement d'une belle intention, celle de ne pas choquer des gens innocents, mais n'oubliez jamais que l'enfer est pavé de bonnes intentions. Ainsi si nous commencions à nous poser la question de savoir si oui ou non il faut publier telle ou telle chose sur les religions, en une dangereuse autocensure dans un premier temps, cela serait la porte ouverte pour la victoire des obscurantistes. En effet l'autocensure, mène à l'habitude, puis au tacite pour devenir tradition, coutume puis règle. La règle serait, dès lors, que les caricatures soient interdites, puis après ce sera quoi ? La légitimation du délit de blasphème, tant attendu par tous les religieux de tout bord désireux de soumettre les hérétiques, mécréants et autres infidèles ? puis l'instauration d'une police des meurs et de la religions pour faire respecter ces nouvelles restrictions de pensées ? Je revendique le droit à l'humour, à la dérision et au blasphème car si "la foi ne se discute pas et se doit d'être respectée, la religion c'est autre chose, c'est comme les idées politiques, cela peut se discuter, être critiquée, moquée, etc. Sinon, cela voudrait dire qu'il faudrait respecter tous les cultes, y compris ceux du Dieu Baal, des Dieux mayas" ... aux sacrifices humains notamment.

Mais certains me dise que ma liberté s'arrête là où commence celle des autres. Non, ma liberté s'arrête là où la loi me le dit. Ainsi la liberté d'expression est un principe absolu en France et en Europe, qui est consacré par plusieurs textes fondamentaux. "La libre communication des pensées et des opinions est un des droits les plus précieux de l'homme : tout citoyen peut donc parler, écrire, imprimer librement, sauf à répondre de l'abus de cette liberté dans les cas déterminés par la loi", énonce l'article 11 de la Déclaration des droits de l'homme de 1789. Le même principe est rappelé dans la convention européenne des droits de l'homme : "Toute personne a droit à la liberté d'expression. Ce droit comprend la liberté d'opinion et la liberté de recevoir ou de communiquer des informations ou des idées sans qu'il puisse y avoir ingérence d'autorités publiques et sans considération de frontière." Cependant, elle précise que "L'exercice de ces libertés comportant des devoirs et des responsabilités peut être soumis à certaines formalités, conditions, restrictions ou sanctions prévues par la loi, qui constituent des mesures nécessaires, dans une société démocratique, à la sécurité nationale, à l'intégrité territoriale ou à la sûreté publique, à la défense de l'ordre et à la prévention du crime, à la protection de la santé ou de la morale, à la protection de la réputation ou des droits d'autrui, pour empêcher la divulgation d'informations confidentielles ou pour garantir l'autorité et l'impartialité du pouvoir judiciaire." La liberté d'expression n'est donc pas totale et illimitée, elle peut être encadrée par la loi. Les principales limites à la liberté d'expression, en France, relèvent de deux catégories : la diffamation et l'injure, d'une part et les propos appelant à la haine, qui rassemblent notamment l'apologie de crimes contre l'humanité, les propos antisémites, racistes ou homophobes, d'autre part.

Lors de l'affaire des caricatures, les musulmans de France, ont prouvé - s'il en était besoin - ce jour-là, qu'ils étaient de vrais républicains, en saisissant la justice de leur pays afin de demander réparation plutôt que de régler ce litige par la violence. N'en déplaise donc aux esprits chagrins, les musulmans de France sont donc des gens pacifistes et responsables. La justice a jugé qu'il n'y avait pas atteinte aux personnes puisque le prophète n'est plus depuis longtemps (prescription) et que son statut, dans un état laïc, n'engage que les musulmans, qu'ensuite le coran n'est pas une personne et qu'en France le délit de blasphème n'existe pas (sauf en Alsace Moselle), il ne pouvait donc y avoir de condamnation de Charlie. Les musulmans de France ont pris acte de cette décision et sont passés à autre chose. Certains imams, comme celui d'Alfortville (Val-de-Marne) Abdelali Mamoun, exonèrent d'ailleurs les non-musulmans de l’interdiction de présentation du prophète : "Charlie Hebdo et les autres journaux qui ne sont pas des journaux musulmans ne sont pas concernés [par cette interdiction]. Je n'ai pas à leur imposer les lois et les préceptes de la religion musulmane." En revanche si Charlie avait dit que les musulmans étaient tous des cons, des terroristes ou je ne sais quelle autre insulte et immondice, alors là, oui, le journal aurait pu être attaqué car il y aurait eu atteinte aux personnes et apologie du racisme. Mais Charlie ne l'a jamais fait. Charlie s'est toujours évertué à brocarder les dérives de notre monde et de tous ses extrêmes (catho, juifs, musulmans, armée, politiques, FN ….), jamais les personnes ou quand cela aura pu être fait il a été traîné devant les tribunaux et jugé.

Ainsi au XXIème siècle on en est encore là. On en est encore à se battre pour défendre un dieu invisible plutôt que de nous battre pour notre humanité vivante. Cela est désespérant, mais doit-on faire le bonheur des gens contre eux ? A quoi bon ? Finalement ici les gens sont contents, ils ont du foot à la télé, ils ont TF1 et Patrick Sebastien, peuvent s'acheter, sans se questionner, des téléphones portables plutôt que de la bouffe saine, peuvent aller, par leur unique présence et à coup d'avions low-cost, abîmer tous les paysages, baver au salon de l'auto ou flâner dans les immondes zones commerciales, construites sur les terres agricoles, le dimanche, vénérer des idoles et ont plus pauvres qu'eux ... et ailleurs ils n'ont d'autre priorité que celle de soumettre leurs semblables ... alors ? Alors à quoi bon ?

A quoi bon ? Voici la question qui me traverse régulièrement l'esprit entraînant de vrais moments de découragement. Mais comme le dit mon frère, "nous ne sommes pas des héros, juste des êtres humains qui cherchons à rendre ce monde un peu plus juste et durablement vivable, tout cela dans le respect de l'autre. La tâche est immense, sans fin et nous sommes tout petit. Pour ma part, si je persévère c'est pour pouvoir continuer à me regarder dans la glace et pouvoir me dire que je ne suis pas resté sans rien faire pour l'avenir de mes enfants et des leurs". Alors je dis "tuez vos dieux à tout jamais" et levez vous contre ceux qui ne veulent que votre malheur, les prêcheurs de haine, prédicateurs fous, capitalistes et libéraux, grands patrons, lobbyistes industriels et autres criminels en col blanc. Travaillez à redorer le blason de la politique. N'attendez rien des autres et relancez l’idée d’une République laïque, égalitaire et fraternelle. Travaillez à assumer notre passé collectif sans culpabilité ni angélisme, à dénoncer les petits et gros racismes du quotidien. Réfléchissez au vivre ensemble, en refusant le communautarisme, la division et l'individualisme et en renonçant à la parano et à la victimisation afin de travailler à l’avènement d'une citoyenneté forte et solidaire. Levez-vous contre ceux qui bétonnent, pourrissent la pluie, exterminent les loups, détruisent le climat, assassinent nos frères et sœurs et saccagent notre avenir et celui de nos enfants. Levez vous aussi nombreux que ce 11 janvier 2015 car, une fois les ressources naturelles réduites à la portion congrue, les forêts détruites, les champs disparus, Mad Max sera notre quotidien. Terminé alors la paix et la liberté, bonjour le retour de l'inquisition, de la haine et du malheur médiéval. Levez vous et refusez ce monde que l'on nous impose. Ne soyez plus esclaves de cette matrice, vivez libres et n'acceptez plus le contrat tacite des gens qui dorment !

Aucun commentaire: