Notre Dame des Landes

"Le motif de base de la résistance était l'indignation. Nous vétérans des mouvements de résistance et des forces combattantes de la France libre, nous appelons les jeunes générations à faire vivre, transmettre, l'héritage de la résistance et ses idéaux. Nous leur disons : prenez le relais, indignez-vous ! Les responsables politiques, économiques, intellectuels et l'ensemble de la société ne doivent pas démissionner, ni se laisser impressionner par l'actuelle dictature des marchés financiers qui menacent la paix et la démocratie.

Je vous souhaite à tous, à chacun d'entre vous d'avoir votre motif d'indignation. C'est précieux."

Stéphane Hessel

mardi 29 décembre 2009

Le frein, s'il vous plaît!

Difficile de savoir comment l'Histoire jugera notre époque et les deux siècles de révolution industrielle. Il y a quand même fort à parier que le terme "accélération" figurera en bonne position des descriptifs associés à cette période.

Même sans avoir le recul historique nécessaire, l'évolution de l'espèce humaine, depuis deux siècles, se caractérise par des accélérations en tous genres et tous azimuts. Puissance et rapidité de production, de transport, de communication et de consommation sont les piliers de cette ère. A cela, s'ajoute une colossale accélération démographique; sur les cinquante dernières années, la population mondiale est passée de 2,5 milliards à plus de 6 milliards.

Le futur historien relèvera peut-être l'insouciance de cette période, où tous les efforts n'ont été engagés que pour rendre plus performant l'accélérateur, sans jamais se préoccuper de la mise en place du frein.

Ainsi, cette tranche de l'épopée humaine pourrait se comparer à un véhicule pour lequel, les ingénieurs auraient dépensé toute leur énergie et tout leur savoir à améliorer la puissance du moteur et à optimiser sa pédale d'accélérateur. Imaginez alors, le pauvre conducteur de ce bijou technologique, qui, face au premier virage, se rendrait compte, effaré, que le véhicule ne possède pas de pédale de frein. Une seule solution pour lui, accélérer, accélérer... et espérer...

Aujourd'hui, tel ce conducteur à l'entrée de son premier virage, notre civilisation semble découvrir que le frein a été oublié... Que de débats pour réduire nos émissions de CO2, que de débats face au déclin de la production de pétrole, que de débats pour raisonner un modèle économique qui s'emballe.

Un des exemples très significatifs se trouve, sans doute, dans un des plus célèbres fabricants japonais de véhicules. Après plus de deux cents trimestres consécutifs de profits, il n'a fallu qu'un seul trimestre d'effondrement des ventes pour remettre en cause la solidité de cet édifice et entraîner de nombreuses suppressions d'emplois et un appel aux finances publiques. Cette entreprise, très performante dans la mise au point de véhicules hybrides, n'avait pas souhaité imaginer et mettre au point un système de freinage pour sa propre activité.

Dans quelques décennies, ou siècles, un auteur de bande dessinée illustrera peut-être notre époque par un conducteur affolé face à son premier virage. La bulle accompagnant son dessin se limitant alors à cette expression laconique "Heu, le frein svp...". .

Michel Sage

Echo Nature – N°26 Juillet-Août 2009
Photo : Hamaha

Aucun commentaire: