Notre Dame des Landes

"Le motif de base de la résistance était l'indignation. Nous vétérans des mouvements de résistance et des forces combattantes de la France libre, nous appelons les jeunes générations à faire vivre, transmettre, l'héritage de la résistance et ses idéaux. Nous leur disons : prenez le relais, indignez-vous ! Les responsables politiques, économiques, intellectuels et l'ensemble de la société ne doivent pas démissionner, ni se laisser impressionner par l'actuelle dictature des marchés financiers qui menacent la paix et la démocratie.

Je vous souhaite à tous, à chacun d'entre vous d'avoir votre motif d'indignation. C'est précieux."

Stéphane Hessel

samedi 31 octobre 2015

Comme un ultime doigt d'honneur du gouvernement aux vrais écologistes et à la COP21

L'État a publié, en fin de semaine dernière, le vendredi 23 octobre, un appel d'offres pour des "travaux de débroussaillage, le rétablissement d'accès et clôtures de la desserte routière de l'aéroport du Grand Ouest". Avec cet appel d'offre, on se rapproche du début des travaux à Notre-Dame-des-Landes. Et donc, Valls, au mépris de la parole donnée par François Hollande et à la veille de la COP21, provoque les vrais écologistes qui refusent de se soumettre au PS. A quelques semaines des élections régionales voilà un mauvais signal pour qui voulait favoriser le rassemblement de la gauche et des écologistes.


Dès lors et devant ce soufflet révélateur, lancé dans la droite ligne d'un fameux "l'environnement ça comment à bien faire" d'un petit président de la République, on peut se demander, à l'instar de Boris Aubel (contact Facebook), si l'on peut croire en la ‪COP21‬ à Paris ?

Un Paris qui va accueillir tous les dirigeants du monde qui se croient grands mais qui sont incapables de nourrir et de protéger leurs frères, incapables de prendre soin des animaux, des arbres, des plantes, qui épuisent les ressources naturelles au nom de la croissance et d'une mondialisation où les humains et l'environnement ne sont que des variables d'ajustement pour des multinationales toutes puissantes.

Paris capitale de la France, nous rappel encore Boris Aubel, où un jeune étudiant de 21 ans a été tué par une grenade lancée par un gendarme mobile sur le site de Sivens. Paris capitale d'une France pays de résistance mais capable de mobiliser quelques 1500 gendarmes mobiles, à Notre Dame des Landes, pour expulser des centaines de citoyens qui refusent de voir bitumés 2000 ha de zones humides et agricoles au profit d'un aéroport maintes fois démontré comme étant inutile et dispendieux et préserver ainsi un espace riche en biodiversité protégé, lui aussi, par la législation de ce même Etat. A la clé plusieurs personnes auront été blessées par les charges des forces de l'ordre français qui pensent agir dans le bon sens, dans le cadre de la loi, alors les recours déposés en justice n'ont pas tous été épuisés.

La liste de telles incohérences est longue. Mais ces deux cas suffisent.

L'histoire des sommets internationaux autour du climat le démontrent, le dérèglement climatique ne se résoudra pas autour de banquets qui nourriraient à eux seuls une bonne partie des SDF parisiens. Il ne se résoudra pas par des politiciens qui n'incarnent aucun changement mais une continuité dogmatique libérale et productiviste. Des politiques inféodés aux lobbies industriels mais qui, conscients de la force populaire, savent très bien endormir les peuples avec de belles publicités et de beaux téléfilms à dormir debout. Ainsi les peuples feraient mieux de se prendre en main plutôt que d'attendre encore que des personnes, soi-disant plus intelligentes, s'occupent d'eux et de la nature. Si les politiciens et les industriels consuméristes, libéraux et croissantistes aimaient la nature et les Hommes et avaient une volonté réelle à lutter contre le dérèglement climatique, cela se saurait.

Pour preuves, l'ONU doute, à la vue des propositions des états, de la possibilité de limiter le réchauffement climatique à 2 degrés ... et tout le monde d'accuser, fort justement, les états de mettre de la mauvaise volonté. Mais en fin de compte, les engagements des états ne reflètent-ils pas les attentes de leurs citoyens qui veulent toujours plus consommer, toujours plus voyager, toujours plus de clim, de fringues swag et pas chères, de voitures, de pavillons, de saloperies électroniques, de viandes, de fraises en hivers et de fruits exotiques ?

Ainsi en vérité je vous le dis si les états sont clairement irresponsables, les citoyens ne le sont pas moins à refuser le renoncement, la sobriété et la simplicité.

Regardons le message (Envie de capitalisme, de consommation et de libéralisme) que nous envoyons collectivement par nos votes, notre inaction, notre attentisme, notre suivisme et notre soif de biens matériels, à nos gouvernements et ne soyons plus étonnés qu'ils surfent dans le sens du vent.

"Le dérèglement climatique nous renvoie directement à notre condition humaine, poursuit Boris Aubel, il met en contradiction toute l'élaboration de notre civilisation moderne basée notamment sur l'industrialisation de tous les procédés, l'utilisation de ressources énergétiques considérables et la bitumisation systématique des espaces naturels. L'humain civilisé n'est absolument pas volontaire pour se réharmoniser avec le vivant."

A ne pas vouloir vivre simplement pour que d'autres puissent simplement vivre (Gandhi) , nous nous rendons tous responsables des changements climatiques et des crises écologiques et humanitaires. Si l'on ne fait rien, personne ne le fera à notre place.

Ainsi donc le gouvernement annonce la reprise des travaux à Notre Dame des Landes en 2016, mais, Citoyens de France, n'oubliez pas qu'il y a des élections prochainement et que notre seul poids sur les politiciens qui, une fois élus, se foutent de notre avis, est de ne pas voter pour eux. Et quand je dis ne pas voter pour ces gens-là, c'est aussi bien au premier tour qu'au second. Car comment faire cause commune avec des gens qui trouvent que les pétro-agriculteurs de la FNSEA sont les meilleurs écologistes de France, ou qui souhaitent bétonner NDDL pendant qu'ils bétonnent le plateau de Saclay, qui ont baissé les aides à l'agriculture bio, qui veulent tuer les loups et les requins, qui renoncent, à grands frais et sous la pression des réac aux bonnets rouges, à l'écotaxe, qui justifient la mort d'un manifestant écologiste ... ? En conséquence de quoi et en toute cohérence s'il est clair maintenant que je voterai écolo au premier tour des régionales, au second tour il sera hors de question pour moi de voter pour le PS (et l'UMP et le FN of course) même si EELV en est l'un des partenaires. Et ce n'est pas la honteuse récupération inique de Cambadelis, exprimée dans son twit du 17 octobre où le premier secrétaire du PS affirmait être fiers que les socialistes et les écologistes aient été à l'initiative de la ‪‎COP21,‬ qui m’illusionnera car définitivement l'écologie ne peut s'associer avec le productivisme.
 
Ainsi comme nous avons le pouvoir de non-achat pour faire plier les industriels,
nous avons le pouvoir de non-vote
car nous ne pouvons plus nous contenter du moindre mal.
Le non-vote est notre seule arme contre eux.

Foutons les dehors des régions !

Plus de votes pour le PS, l'UMP et le FN (évidement) 
aux régionales tant au premier tour qu'au second.

Moi c'est ce que je ferai, et vous ?

Aucun commentaire: