Notre Dame des Landes

"Le motif de base de la résistance était l'indignation. Nous vétérans des mouvements de résistance et des forces combattantes de la France libre, nous appelons les jeunes générations à faire vivre, transmettre, l'héritage de la résistance et ses idéaux. Nous leur disons : prenez le relais, indignez-vous ! Les responsables politiques, économiques, intellectuels et l'ensemble de la société ne doivent pas démissionner, ni se laisser impressionner par l'actuelle dictature des marchés financiers qui menacent la paix et la démocratie.

Je vous souhaite à tous, à chacun d'entre vous d'avoir votre motif d'indignation. C'est précieux."

Stéphane Hessel

mardi 20 octobre 2015

Notre-Dame-des-Landes : un Premier ministre sous influence et/ou dans l’ignorance ?

Lors des questions au gouvernement au Sénat jeudi 15 octobre 2015, Manuel Valls a réaffirmé sa volonté de poursuivre le projet d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes.


Pour justifier ses propos, il a répété comme des mantras des « arguments » dont l’inexactitude a été maintes fois démontrée.

Il est incompréhensible que le Premier ministre ne soit pas en mesure de baser une décision qui engage les finances publiques sur la base d’éléments factuels, détaillés à nombreuses reprises (notamment par les travaux de l’Atelier citoyen, du collectif des pilotes de ligne ou des Naturalistes en lutte), plutôt que sur les affirmations péremptoires de groupes d’influence ayant un intérêt purement financier et spéculatif à voir le projet se réaliser.

Nous sommes aujourd’hui même au troisième anniversaire du début de la calamiteuse opération « César » qui devait faire « place nette » à Notre-Dame-des-Landes. Après tant de temps passé, les services de l’État n’ont-ils donc pas été en mesure d’ouvrir une réflexion de fond sur les arguments de l’opposition, ni même seulement d’en prendre connaissance ?
  • Non, Monsieur Valls, Nantes Atlantique n’est pas plus dangereux qu’un autre aéroport Français, il est classé en catégorie A, la meilleure. Plusieurs autres grandes villes sont survolées par des avions arrivant à l'aéroport, comme Toulouse, Bordeaux, Strasbourg, Marseille, mais aussi Londres sans que cela n’engendre une volonté de déplacement de ces infrastructures. De plus il a reçu en 2011 le trophée ERA Award 2011-2012 du meilleur aéroport européen.
  • Non, Monsieur Valls, les nuisances aériennes n'augmentent pas sur Nantes, le trafic en mouvements ne croît presque pas. 
  • Non, Monsieur Valls, les nuisances de Nantes atlantique ne sont pas plus insupportables - les avions étant de moins en moins bruyants - que celles supportées par les riverains de Roissy ou d’Orly. Ou alors, comme vous semblez vous en soucier, les arguments de délocalisation de l’aéroport de Nantes vous imposent de déménager les deux aéroports parisiens pour le bien être des habitants. 
  • Non le lac de Grand-lieu n'est pas menacé par les avions ainsi selon la note cachée du 9 septembre 2014 "l’allongement de la piste de l’aéroport de Nantes Atlantique ne présente pas de risque pour la faune de la réserve naturelle et n’augmente pas le péril aviaire". "Tout au contraire, l’abandon de Nantes Atlantique constitue une menace bien réelle pour le lac de Grand-Lieu, dans la mesure où ses périmètres de protection (réserve naturelle, site classé Natura 2000) ont été définis au plus juste près du lac, en tenant compte de la protection de fait assurée par le périmètre de protection antibruit de l’aéroport. (…) Le déplacement de l’aéroport mettrait fin à cette protection, et des élus locaux n’attendent d’ailleurs que cette issue pour pouvoir urbaniser tout ou partie de ce corridor", écrit Loïc Marion directeur de la Réserve naturelle. La dissimulation de cette note est inacceptable et démontre la mauvaise foi de l'état dans ce projet ! 
  • Non l’aéroport de Nantes Atlantique ne fermerait pas, quoi qu’il arrive, et c'est une supercherie que de dire le contraire,car Airbus souhaiterait garder l'usage de la piste.
  • Non Monsieur le Premier Ministre, vous ne ferez pas d'économies d'argent et de carbone en construisant l'Ayraultport de NDDL, car il est prouvé maintenant que l'opération de remise à niveau de Nantes-Atlantique coûterait 7 à 10 fois moins cher.
  • Non le projet d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes n'est pas « bon pour l'environnement ». Comment le serait-il alors qu'il détruit des zones humides et que l'absence de compensation est un secret de Polichinelle.
  • Non le projet d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes n'est pas « bon pour l'environnement ». Comment le serait-il alors que l’énergie gaspillée pour sa construction pourrait largement être déployée à moindre frais pour réaménager l’aéroport existant ? 
  • Non l’aéroport de Notre Dame des Landes ne sera pas écologique car le transport aérien, de façon intrinsèque, n’est pas, n’a jamais été et ne sera jamais écologique de part les émissions de Gaz à Effet de Serre qu’il induit.
  • Non l'aéroport de Nantes Atlantique n'est pas saturé ... loin de là !!! (Cf. image ci-dessus)
  • Non l'aérogare de Notre Dame des Landes ne sera pas plus gand que celui de Nantes Atlantique (2 passerelles pour 5 actuellement à N. A.) en revanche, oui, l'espace commercial sera plus important, nous vous l'accordons.
  • Non Monsieur le premier Ministre la plus grande des deux pistes du projet de Notre-Dame-des-Landes ne sera pas plus grande, elle fera 2900 m comme celle de Nantes-Atlantique ou bien celle de l’aéroport de Nice qui accueille 12 millions de passagers par an, soit trois fois plus que le nombre de passagers à Nantes.
Qu’est ce qui est le plus inquiétant, que le Premier ministre ne connaisse pas le dossier ou qu’il fasse mine de ne pas le connaître pour favoriser les lobbies du béton ?

Comment le croire lorsqu'il dit « comprendre ceux qui s'opposent au projet lui-même de manière pacifique » alors que le gouvernement qu'il dirige les méprise totalement depuis des années : pas de réponse aux courriers, pas de rendez-vous, pas de transmission de documents publics.

Violence de ce mépris, violence des propos tenus sur les occupants de la ZAD, violence de la répression, est-ce la seule réponse de l’État français ?

Le projet d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes est l’exemple parfait de ce qui nous a conduits à la veille de catastrophes environnementales désormais difficilement évitables. Nous demandons donc qu'en 2016 soit lancée une étude plurielle, indépendante et sérieuse portant sur l’optimisation de l’aéroport existant de Nantes Atlantique et il ne faudra pas être grand sorcier pour imaginer que si une étude indépendante est enfin menée, nous verrons enfin démontré, comme le dit Noël Mamère que "ce dossier est un immense rideau de fumée et un mensonge considérable".

A l'instar de Nicolas Hulot qui fait remarquer qu'à la veille de la COP21, "L'Etat doit faire un geste à Notre-Dame-des-Landes" et que si, en effet, NDDL n'est pas l'alpha et l'omega de la réussite de la Cop 21, "un geste de l'État sur ce dossier serait un superbe symbole", je pense, aux cotés de tous les opposants, que le gouvernement s’honorerait, en effet, à prendre en considération l’important travail de fond du mouvement d’opposition et d’abandonner un projet aussi inutile que dispendieux et destructeur.

Aucun commentaire: