Notre Dame des Landes

"Le motif de base de la résistance était l'indignation. Nous vétérans des mouvements de résistance et des forces combattantes de la France libre, nous appelons les jeunes générations à faire vivre, transmettre, l'héritage de la résistance et ses idéaux. Nous leur disons : prenez le relais, indignez-vous ! Les responsables politiques, économiques, intellectuels et l'ensemble de la société ne doivent pas démissionner, ni se laisser impressionner par l'actuelle dictature des marchés financiers qui menacent la paix et la démocratie.

Je vous souhaite à tous, à chacun d'entre vous d'avoir votre motif d'indignation. C'est précieux."

Stéphane Hessel

lundi 9 novembre 2009

Ailleurs que dans l'hexagone

Voilà un mois que j'ai un compteur de visites sur mon blog et je suis vraiment des plus heureux d'avoir pris cette initiative car, alors que je croyais écrire plus ou moins dans le vide – ce qui est profondément désespérant et démotivant - j'ai pu voir que j'étais lu.

En effet le service, qui me fournis ce compteur (Easy Couter : http://www.easycounter.com/) me permets d'avoir accès à certaines statistiques comme le nombres de visites par jours (15 en moyenne), par mois ou bien encore par pays. Et c'est là que mon étonnement a vraiment été grand car j'ai découvert que ma petite prose énervée diffusait ailleurs que dans l'hexagone. Ainsi si, c'était tout de même à prévoir, la majorité de mes lecteur est en France (70%) ceux qui me suivent des USA représentent 2% de mes lecteurs, 2 autres pour cent se répartissent entre le Canada, l'Espagne, la Hollande ou bien encore l'Australie, le reste non négligeable (26%) n'est pas reconnus par le serveur.

Que tous mes lecteurs, de par le monde, d'ici ou d'ailleurs soient salués, ce soir, par ce petit billet écrit afin de vous remercier car c'est vraiment beaucoup d'honneur que vous me faites en me lisant.

Cela me motive donc à poursuivre ma résistance, car même petite, cela est toujours de la résistance ... surtout si elle ne se fait pas dans le vide.

Merci, merci mille fois merci.

Aucun commentaire: