Notre Dame des Landes

"Le motif de base de la résistance était l'indignation. Nous vétérans des mouvements de résistance et des forces combattantes de la France libre, nous appelons les jeunes générations à faire vivre, transmettre, l'héritage de la résistance et ses idéaux. Nous leur disons : prenez le relais, indignez-vous ! Les responsables politiques, économiques, intellectuels et l'ensemble de la société ne doivent pas démissionner, ni se laisser impressionner par l'actuelle dictature des marchés financiers qui menacent la paix et la démocratie.

Je vous souhaite à tous, à chacun d'entre vous d'avoir votre motif d'indignation. C'est précieux."

Stéphane Hessel

lundi 26 mai 2014

25% de replis sur soi pour représenter la France.

"J'ai vu, les larmes aux yeux,
Les nouvelles ce matin.
25% pour l'horreur,
25% pour la peur.
Ivres d'inconscience,
Tous fils de France.
Au pays des lumières,
Amnésie suicidaire.

Hier soir, une fois de plus, la honte s'est abattue sur la France et je dis que les politiques inamovibles et indéboulonnables aux yeux de Kaa, drogués aux ors de la république, accompagnés des prétendants qui attendent leur heure, en portent la totale responsabilité.

A avoir mis à la benne le référendum contre le traité européen, pour l'UMP, ou à vouloir donner en pâture la France aux multinationales en faisant la promotion de TAFTA, pour le PS, ou bien encore et plus globalement quand on les voit demander aux français de faire des efforts (impôts, TVA, retraites, gel des salaires …) car les temps sont et seront durs et que, dans le même temps, ils sont incapables – même si cela n'est que symbolique et anecdotique - de s'auto-réformer leurs retraites de parlementaires et leur statuts de privilégiés, quand on les voit livrer, à la vindicte populaire les fonctionnaires, bouc-émissaires de tous les maux de la nation ou stigmatiser les plus pauvres comme profiteurs de la solidarité nationale, nos politiques montrent combien ils se foutent des français, combien ils les méprisent. Dès lors n'allez pas chercher plus loin le comment du pourquoi les électeurs, au temps de cerveau disponible pour TF1, sont saturés de belles paroles vides et se tournent vers les charmeurs de serpents.

Mais ils vous diront que non, que cela ne vient pas d'eux, qu'il ne faut pas tomber dans le "tous pourris", que l'on fait le jeu des populistes en disant cela. Les militants, proches du sérail et embrigadés, vous diront que non, cela ne vient pas de leur propre parti, qu'il faut réfléchir de façon plus profonde et vous démontreront que vous avez tort en désignant leurs leaders comme les responsables car ils feraient tout pour la France. Mais vous qui vivez dans le vrai monde, celui du travail ou du chômage, celui des copains et du quotidien, du ménage et des courses à faire, des comptes qu'il faut maîtriser, des enfants qu'il faut élever, vous savez que j'ai raison et que ces nouveaux seigneurs, cette classe féodale, déconnectée des réalités, aux ordres des lobbies industriels et financiers, aux idéaux oubliés sur l'autel du pragmatisme est la cause de cette défiance malsaine de la politique.

Ainsi oui je vous accuse, mesdames et messieurs les grands élus et autres irresponsables politiques, d'être les artisans de toute cette merde et la première leçon que vous devriez retenir, vous les vieux briscards de la politique (les Jupé, les Guigou, les Fillon, les Copé, les Fabius ...) qui nous assurez, à chaque soirs d'élections, avoir entendu le message des français pour ensuite vous empresser de ne rien changer, incapables, que vous êtes, à reconnaître vos erreurs, vos renoncements et vos trahisons, si vous aviez un peu d'honneur, serait de vous retirer de la vie politique et des écrans de TV que vous encombrez.

Alors " enfin, nos yeux et nos oreilles, libérés de tous ces preneurs de tête", nous pourrions passer à autre chose et, de l'engagement politique pour une Gauche toujours rebelle et écologiste, de la culture, du savoir, de l'éducation, du partage et de la solidarité, du bannissement du besoin fabriqué viendra "le temps de délivrance", viendra le temps du renouveau avec, je l'espère, un peu plus de morale, de compétences et d'abnégation.

"Nous sommes, nous sommes,
La nation des droits de l'homme,
Nous sommes, nous sommes,
La nation de la tolérance,
Nous sommes, nous sommes,
La nation des lumières,
Nous sommes, nous sommes,
À l'heure de la résistance."

… on peut toujours rêver.

Paroles : "Fils de France" de Damien Saez

Aucun commentaire: