Notre Dame des Landes

"Le motif de base de la résistance était l'indignation. Nous vétérans des mouvements de résistance et des forces combattantes de la France libre, nous appelons les jeunes générations à faire vivre, transmettre, l'héritage de la résistance et ses idéaux. Nous leur disons : prenez le relais, indignez-vous ! Les responsables politiques, économiques, intellectuels et l'ensemble de la société ne doivent pas démissionner, ni se laisser impressionner par l'actuelle dictature des marchés financiers qui menacent la paix et la démocratie.

Je vous souhaite à tous, à chacun d'entre vous d'avoir votre motif d'indignation. C'est précieux."

Stéphane Hessel

lundi 8 juillet 2013

Pierre Gattaz fait l'autruche

Pierre Gattaz : "Non à toute fiscalité écologique"

Invité du "Grand Jury" de RTL, la semaine dernière, le successeur de Laurence Parisot promettait un "Medef de combat". Sur l'écologie, il se place en opposition au gouvernement : non au moratoire sur les gaz de schiste, non à la fiscalité écologique ...

Ne surtout pas attendre. Pour Pierre Gattaz, nouveau patron du Medef, le gaz de schiste est "une filière d'avenir", il faut donc l'encourager. "L'énergie est un élément de compétitivité du pays depuis 30 ans", explique-t-il au micro du Grand Jury RTL-Le Figaro-LCI, dimanche. "Nous avons réussi à faire une grande filière énergétique française qui est compétitive pour l'instant (...) le gaz de schiste est l'élément suivant", explique-t-il.

Le patron des patrons constate "un frein" de la part du gouvernement français. Il invite pourtant l'exécutif à lancer l'exploration, appelant à "faire confiance dans la science, les technologies, la recherche". "Il est bien évident que si nous devons polluer massivement l'environnement il ne faudra surtout pas le faire", tempère-t-il. Mais de quelle science et de quelle recherche parle-t-il ? La vraie, la belle, la désintéressée, la recherche publique ? Ou bien celle qui attend, à tout prix, un retour sur investissement et qui dépend des grandes multinationales. Concernant les gaz de Schiste quelle est la imite pour ce monsieur pour définir une pollution massive ?

Mais pour lui, l'exemple est à chercher du côté des États-Unis. "Regardons les Américains qui ont réussi à baisser le coût de leur énergie, qui coûte un tiers de moins que l'énergie européenne", assure-t-il. Pour convaincre, Pierre Gattaz utilise l'argument du chômage. "Il faut savoir si la France veut sortir [de la crise] par le haut, par l'emploi, par l'entreprise", affirme-t-il. Oui nous voulons sortir de la crise mais pas avec des méthodes issues des trente glorieuses et qui ont montré leur total échec en ne considérant l'Homme et l'environnement que comme des variables d'ajustement.

Non à la fiscalité écologique

Sur le dossier du diesel, là aussi, la position du patron du Medef est à l'opposé de celle du gouvernement. L'exécutif devrait prôner une première hausse de 0,4 centime par litre de diesel, l'équivalent en moins pour l'essence, puis 1 centime par an dans les années à venir.

Non, répond Pierre Gattaz. "On est submergés par les taxes", déplore-t-il. "Il faut être sérieux à un moment." Selon lui, la hausse du diesel causera trois problèmes. Le premier, une baisse du "pouvoir d'achat" pour les conducteurs. Le deuxième, un risque d’affaiblissement de la filière automobile diesel en France. Le dernier, une augmentation des coûts de transports.

Là encore, le patron des patrons joue sur la corde sensible de l'emploi. "Il faudra faire le choix du chômage ou de la création d'emploi", assène-t-il. L'homme se refuse à toute "fiscalité écologique", qui doit pourtant être étudiée à l'automne. "Ce sont des problèmes d'ingénieurs", balaye-t-il. "Faisons confiance à nos entreprises", demande Pierre Gattaz, assurant que des "efforts considérables" ont été réalisés en France en matière environnementale.

Foutaise que tout cela, greenwashing que vos efforts !!! Jamais les alertes n'ont été autant prégnantes, jamais les signaux n'ont autant été au rouge.

Ainsi selon Pascal Durant  "Le Medef a réussi un miracle. Trente ans après, ils ont à leur tête un fils à papa plus réactionnaire que son père. Il va y avoir une heure de vérité pour ce patronat qui est le plus arriéré, le plus conservateur et le plus réactionnaire que la planète porte. Ces gens auront des comptes à rendre à la nation. Le Medef bloque toute possibilité d’avancée. Le retour à la bougie, c’est eux".

En effet, réveillez-vous Monsieur le patron des patrons, l'heure n'est plus à jouer, l'heure est aux changement de paradigmes. Vous pouvez jouer un rôle majeur pour un monde durable encore vous faut-il ouvrir les yeux sur les réalité géologiques, climatique et écologiques du seul vaisseau spatial que nous ayons.

Aucun commentaire: