Notre Dame des Landes

"Le motif de base de la résistance était l'indignation. Nous vétérans des mouvements de résistance et des forces combattantes de la France libre, nous appelons les jeunes générations à faire vivre, transmettre, l'héritage de la résistance et ses idéaux. Nous leur disons : prenez le relais, indignez-vous ! Les responsables politiques, économiques, intellectuels et l'ensemble de la société ne doivent pas démissionner, ni se laisser impressionner par l'actuelle dictature des marchés financiers qui menacent la paix et la démocratie.

Je vous souhaite à tous, à chacun d'entre vous d'avoir votre motif d'indignation. C'est précieux."

Stéphane Hessel

samedi 27 juillet 2013

90 requins condamnés à mort pour délit de présence.


90 requins condamnés à mort pour délit de présence dans les eaux Réunionnaises ! Triste décision préfectorale... Sur injonction du Tribunal Administratif et des plus hautes autorités de l’État, le Préfet de la Réunion va prendre des « mesures »… Mesure à la hauteur de toute la bêtise humaine, digne des chasses aux sorcières du Moyen Âge : 90 requins – 45 bouledogues et 45 tigres – seront exécutés (les chiffres ont probablement été calculés à l’applaudimètre de la vengeance et de l’ignorance). Cela signifie que chaque requin qui s’approche des côtes réunionnaises est coupable d’un forfait qu’il pourrait commettre… et donc condamné !

Absurdité !!! Si les requins étaient amateurs de chair humaine, c’est tous les jours, partout dans le monde qu’il y aurait des accidents, tant les possibilités de rencontres sont nombreuses.

Qu’espère-t-on en massacrant ces requins ? Éliminer le risque ? Illusion dérisoire : l’Océan Indien compte plus de 90 requins ! En revanche, le sentiment de sécurité provoquera une diminution de la vigilance et les vraies raisons qui augmentent la probabilité d’accident seront oubliées (traitement des eaux usées, rejet des carcasses d’équarrissage en mer, …).

Espère-t-on exécuter « Le-requin-meurtrier » ? Mais, il n’y a pas de requin-meurtrier. Cela n’existe pas ; il n’y a pas de requins amateurs de chair humaine, de requins assassins … Il y a que des circonstances favorisant les rencontres dangereuses avec les requins qui sont des prédateurs opportunistes. Voilà pourquoi les pêches punitives ne capturent qu’exceptionnellement le requin qui a été la cause de l’accident. Les requins vont et viennent profitant de toutes les occasions.

Par analogie, je suggère donc que, lors du prochain accident de la route à la Réunion, on demande aux autorités de l’État qu’elles retirent le permis de conduire aux 90 premiers conducteurs (45 hommes et 45 femmes) qui s’approcheront de la zone de l’accident… Car chaque conducteur est un coupable en puissance, chacun peut être la cause d’un accident (somnolence, inattention, sans évoquer bien sûr excès de vitesse, téléphone portable et alcool).

Je propose également qu’au prochain accident de chasse, on supprime leur permis aux 90 premiers chasseurs à s’aventurer sur la zone de l’accident (pour avoir un ordre d’idée, 150 accidents par an en moyenne en France, dont 30 mortels). En effet comme les requins, chaque porteur de fusil – peu importe les circonstances - est susceptible de tuer ou de blesser un promeneur en forêt.

Et puis, puisqu’il faut décidément sécuriser…
Nous demandons qu’au prochain accident causé par une guêpe ou une méduse, le Préfet fasse en sorte d’éliminer toutes ces sales bêtes… et là, pas de blague, pas seulement 90…. qu’il y aille en grand : insecticides, pesticides, biocides, que l’on nettoie toute cette vermine !

Je propose aussi qu’au prochain accident de parapente à la Réunion, le Préfet interdise le vent et les turbulences ; qu’à la prochaine noyade, il interdise les courants marins, les marées, et surtout qu’il vide lacs, rivières et océan …

L’autre solution : c’est d’apprendre à vivre avec des éléments naturels et des animaux sauvages qui nous échappent, que nous ne contrôlons pas. Cet apprentissage permet de décider en conscience, en adulte responsable, si oui ou non il est bon de pratiquer l’activité souhaitée. Cela s’appelle l’autonomie tant revendiquée par chacun… Car, si l’on poursuit dans cette voie, il viendra un jour où on légifèrera pour nous dire où, quand, comment et dans quelles conditions VIVRE !

Quant à la Réserve Marine de la Réunion, remise en question parce qu’elle provoquerait un « déséquilibre écologique » (si, si ce n’est pas une blague, la phrase est authentique), il n’y a pour la défendre que les associations (Longitude 181, Sea Shepherd, ASPAS), et quelques individus, comme Didier Dérand, suffisamment courageux pour, sur place, essayer de faire prévaloir le bon sens. Si la Réserve Marine survit, elle le devra en grande partie à eux, et certainement pas aux Autorités de l’État, Ministère de l’Écologie en tête, qui pourtant en SONT RESPONSABLES et dont le silence est assourdissant…

Aujourd’hui, l’Etat semble dire à tous ceux qui considèrent que les réserves naturelles limitent leurs caprices : En France, les réserves, c’est comme Disneyland, venez en profiter en toute sécurité ! Elle dit également à tous les affairistes dont l’appétit immobilier est sans limite … pas de problème, on pourra toujours s’arranger.

La France qui accueillera, en novembre 2013, le 3ème Congrès International des Aires Marines Protégées… souhaite-t-elle vraiment envoyer ce message au monde ?

Texte et photo : François Sarano
Longitude 181

Aucun commentaire: