Notre Dame des Landes

"Le motif de base de la résistance était l'indignation. Nous vétérans des mouvements de résistance et des forces combattantes de la France libre, nous appelons les jeunes générations à faire vivre, transmettre, l'héritage de la résistance et ses idéaux. Nous leur disons : prenez le relais, indignez-vous ! Les responsables politiques, économiques, intellectuels et l'ensemble de la société ne doivent pas démissionner, ni se laisser impressionner par l'actuelle dictature des marchés financiers qui menacent la paix et la démocratie.

Je vous souhaite à tous, à chacun d'entre vous d'avoir votre motif d'indignation. C'est précieux."

Stéphane Hessel

mardi 21 février 2012

L'Environnement perd son ministère

Le quinquennat de Nicolas Sarkozy avait commencé avec la création d'un superministère de l'Environnement, engagement de campagne. Il va se terminer sans ministère de l'Environnement… La nomination de Nathalie Kosciusko-Morizet au porte-parolat du président-candidat le 18 février va en effet entraîner la disparition de cette entité. Les portefeuilles du ministère de l'Environnement seront bientôt rattachés au Premier ministre, a indiqué le chef de l'Etat. La démission de NKM est l'affaire de "quelques jours" : "J'ai quelques dossiers à finir, notamment la clause de sauvegarde sur les OGM. (…) Après je m'occuperai à plein temps de la campagne", a-t-elle expliqué.

"La disparition du poste de ministre de l'Ecologie illustre jusqu'à la caricature la phrase prononcée par Nicolas Sarkozy en 2010 : « l'environnement, ça commence à bien faire »", a commenté Philippe Martin, secrétaire national adjoint à l'environnement au Parti socialiste, ajoutant : "Quant à confier le sort de l'écologie au Premier ministre François Fillon, c'est aussi enthousiasmant que de confier la lutte contre le réchauffement climatique à Claude Allègre".

Pour Stéphen Kerckhove, délégué général d'Agir pour l'environnement, "il y a des symboles qui en disent parfois autant que les petites phrases du chef de l'Etat qui estimait que « l'environnement, ça commence à bien faire ». La réalité institutionnelle a été mise en adéquation avec l'orientation politique du président-candidat". Stéphen Kerckhove estime qu'il "est grand temps de réinsuffler une dynamique à la politique environnementale française en lui donnant une constance et une orientation qu'elle n'a pas eues durant cinq longues années".  

Un portefeuille déjà allégé en 2010

Le ministère de l'Environnement avait déjà été affaibli en novembre 2010, lors de la passation de pouvoir entre Jean-Louis Borloo et NKM. Le ministre d'Etat, numéro 2 du gouvernement, laissait sa place à une "simple" ministre, qui reculait de deux places dans le gouvernement (numéro 4). Le ministère de l'écologie, de l'énergie, du développement durable et de la mer en charge des technologies vertes et des négociations sur le climat était alors devenu le ministère de l'écologie, du développement durable, des transports et du logement (MEDDTL), perdant en route le portefeuille de l'Energie (rattaché à l'Economie) et l'Aménagement du territoire (rattaché à l'Agriculture).

Sophie Fabrégat. Actu-Environnement.com

-------------- 

Et après cela on me dit que l'écologie n'est ni de droite ni de Gauche. Foutaise que ces rhétoriques à la con ! la droite prouve, aujourd'hui, qu'elle n'a pas pris les défis environnementaux au sérieux et que nous avons bien raisons, nous les écolos, de nous situer à la Gauche de l'échiquier politique.

 Là est notre vraie famille.

Bruno

Aucun commentaire: