Notre Dame des Landes

"Le motif de base de la résistance était l'indignation. Nous vétérans des mouvements de résistance et des forces combattantes de la France libre, nous appelons les jeunes générations à faire vivre, transmettre, l'héritage de la résistance et ses idéaux. Nous leur disons : prenez le relais, indignez-vous ! Les responsables politiques, économiques, intellectuels et l'ensemble de la société ne doivent pas démissionner, ni se laisser impressionner par l'actuelle dictature des marchés financiers qui menacent la paix et la démocratie.

Je vous souhaite à tous, à chacun d'entre vous d'avoir votre motif d'indignation. C'est précieux."

Stéphane Hessel

samedi 4 mars 2017

Les Ulis: la mairie n'aime pas le développement durable mais adore le béton.

Les Ulis, conçue selon les préceptes de Le Corbusier, est une merveilleuse ville à la campagne … même si elle fut construite, à une époque où la protection des terres agricoles n’était pas devenue une priorité vitale, sur des champs de fraises. Une ville aux trois parcs majeurs (le Parc Nord, le Parc Urbain et le Parc Sud), une ville contrastée, une ville métissée, une ville aux milles couleurs, aux milles origines ou le "vivre ensemble" n’est pas un vain mot, n'est pas un slogan. Jeune ville de 40 ans, les Ulis peut s’enorgueillir d’être une véritable réussite où, malgré la densité urbaine, il fait bon vivre grâce à la vitalité de sa population et aux nombreux espaces verts entretenus, avec passion et talents, par les agents municipaux, à la campagne et aux forêts que l’on atteint après 10 minutes de marche à pied.

Mais ce bien vivre est mis en péril par la politique sécuritaire et anti-écologique de la majorité actuelle.

En effet je viens d'apprendre que la municipalité prévoit, dans le cadre du projet de révision du PLU (actuellement soumis à enquête publique) de détruire une partie du parc urbain de la ville, lieu de respirations et de récréations pour les habitants, afin d'agrandir le temple local de la consommation, "Les Ulis 2". Ce projet sonne comme un exemple visible et symbolique d'un culte de la croissance qui grignote, petit à petit mais inexorablement, l'espace vital des humains.

Je me souviens combien les élus de la majorité actuelle, à l'époque où ils étaient dans l'opposition, avaient bataillés pour que notre majorité ne transfert pas le centre commercial sur la décharge du parc sud, recouverte, encore aujourd'hui, de gravats de chantiers et de déchets en tout genres, et nous empêchaient de libérer de l'espace en ville pour y construire un éco-quartier exemplaire... et maintenant les voici qui souhaitent réduire les espaces verts de la ville.

Mais la mairie ne s’arrête pas là et prévoit d'urbaniser 60% du parc sud. Elle prévoit de noyer, sous le béton, 22 hectares de bois et de biodiversité, réduisant les 35 hectares actuels à une peau de chagrin … Préservant à peine la zone protégée. Ainsi, dans ce projet de bétonnage du parc sud, nos élus souhaiteraient déplacer les jardins familiaux sur la décharge du parc sud et bétonner l’espace libéré, construire sur les terres patiemment travaillées et enrichies, depuis 40 ans, par les Ulissiens qui y cultivent, avec passion et camaraderie, leurs fruits et légumes. Cerise sur le gâteau, à priori, les surfaces prévues ne seraient pas suffisantes pour reconstituer la surface actuelle.

Terres polluées pour les jardins familiaux et espaces verts détruits aux profits de la consommation … Bonjour le symbole !!!

Mais si vous n'étiez pas encore convaincus que Madame le Maire n'aime pas l'environnement, il vous suffit de lire le journal municipal, de ce mois-ci, qui fait la retape pour l'exposition universelle de 2025 qu'il est prévu de bâtir, sur les terres agricoles du plateau de Saclay. Pour justifier ce choix profondément douteux, la Mairie vante à longueur de ligne, l'attractivité du plateau et nous parle des chercheurs, des étudiants du Paris-Saclay, de ses dynamiques entrepreneurs, mais jamais de ses agriculteurs qui tentent la transition écologique de l'agriculture pour sauver les terres les plus fertiles d’Île de France.

Combien de terres agricoles, de montagnes, de forêts ou de rivières ont été suppliciées sur l'autel de jeux olympiques ou d'expositions éphémères et laissées en friches une fois l'extase passée ?

La mairie milite pour le bétonnage des terres agricoles sous le slogan de l'exposition, "la connaissance à partager, la planète à protéger".

Quelle inconséquence !!!

Donnez votre avis (négatif) sur la révision du PLU des Ulis : 

Aucun commentaire: