Notre Dame des Landes

"Le motif de base de la résistance était l'indignation. Nous vétérans des mouvements de résistance et des forces combattantes de la France libre, nous appelons les jeunes générations à faire vivre, transmettre, l'héritage de la résistance et ses idéaux. Nous leur disons : prenez le relais, indignez-vous ! Les responsables politiques, économiques, intellectuels et l'ensemble de la société ne doivent pas démissionner, ni se laisser impressionner par l'actuelle dictature des marchés financiers qui menacent la paix et la démocratie.

Je vous souhaite à tous, à chacun d'entre vous d'avoir votre motif d'indignation. C'est précieux."

Stéphane Hessel

mercredi 25 avril 2012

La mort est dans le pré - le film

Témoignage sur les ravages des pesticides sur la santé des agriculteurs français.

Réalisé par Eric Guéret, ce film de 52 min montre le cynisme de l'agriculture industrielle, l'incroyable combat de ces agriculteurs victimes des pesticides et nous rappelle qu’il est urgent de sortir du modèle agricole industriel actuel.

Ce documentaire débute par le témoignage de l’agricultrice Caroline Chenet, veuve depuis un an à la suite du décès de son mari, mort d’une leucémie, empoisonné par les produits chimiques. Elle est aussi la voix off du documentaire. S’en suivent des témoignages, tous plus édifiants les uns que les autres, d’agriculteurs, rendus malades à cause des pesticides.

"Ce système (Ndt. : de l'agrochimie), très cohérent, est fait pour que rien ne change. Il y a une espèce d'ensemble, de connivences entre tous ses acteurs qui s'arrangent pour que les pratiques n'évoluent pas. Et au milieu de cela, il y a les agriculteurs qui sont pris en otage de ce système qui n'ont, en général, pas le choix car ils sont tenus par les crédits, parce qu'ils ont oublié les pratiques. C'est à dire qu'en 50 ans on a réussit à effacer des milliers d'années de transmission des pratiques agricoles et aujourd'hui on se retrouve avec une communication (Ndt. : des firmes et des politiques) qui nous explique qu'il n'y a qu'un seul modèle possible, qui est celui de l'agriculture chimique et de l'agriculture intensive. Les agriculteurs en sont, eux-mêmes, pour la plupart convaincus. Ils ont beau en crever, ils sont incapables d'en sortir. Voilà, c'est ce que, globalement, dénonce le film" Eric Guéret


Saluons le courage et l'action de ces agriculteurs qui osent témoigner, 
rappelons, avec eux, l’urgence de sortir du modèle agricole industriel actuel.
« Il est urgent de sortir de l’agriculture industrielle qui contamine gravement l’environnement et particulièrement l’eau, et qui est un échec tant sur le plan de l’emploi que de la vitalité des territoires – avec une perte de 25% des emplois agricoles en 10 ans dans l’UE – , qui écrase les producteurs, qui amène des substances nocives jusque dans nos assiettes et, comble du cynisme, empoisonne les agriculteurs. On se demande bien à qui cette agriculture profite ? Certainement pas à la très grande majorité de nos agriculteurs, ni de nos concitoyens », constate Isabelle Autissier, Présidente du WWF France.

2 commentaires:

Bruno BOMBLED a dit…

Le film a été supprimé de Youtube et de dailymontion pour des questions de copyright ... sur le principe je suis assez en accord avec cela car tout travail mérite salaire, mais là, ce film est tellement important que je ne comprends pas que ses auteurs ne le laissent pas en ligne car le but de ce reportage n'est-il pas de toucher un maximum de personne pour faire avancer les mentalités ? S'il reste bloqué dans les couloirs des archives de l'INA tout ce travail n'aura servi à rien.

Vu de la Terre a dit…

Ah oui ce film est à pleurer!
Étonnamment, la consommation des produits traités est peu abordée, sauf dans le passage sur les oignons.
Quand l'un dit: ‎"je travaille pour faire mourir(...)mais on est obligé de les utiliser pour avoir un potentiel de rendement"!!!!!!!!!!!!!Là je me dis, mais jusqu'à quand va-t-on être dans cette schizophrénie?