Notre Dame des Landes

"Le motif de base de la résistance était l'indignation. Nous vétérans des mouvements de résistance et des forces combattantes de la France libre, nous appelons les jeunes générations à faire vivre, transmettre, l'héritage de la résistance et ses idéaux. Nous leur disons : prenez le relais, indignez-vous ! Les responsables politiques, économiques, intellectuels et l'ensemble de la société ne doivent pas démissionner, ni se laisser impressionner par l'actuelle dictature des marchés financiers qui menacent la paix et la démocratie.

Je vous souhaite à tous, à chacun d'entre vous d'avoir votre motif d'indignation. C'est précieux."

Stéphane Hessel

vendredi 19 octobre 2007

Régimes spéciaux pour le privé comme pour le public

Avec les régimes spéciaux, je pense que tout le monde se plante :

  • Le gouvernement, en voulant tout supprimer de façon bêtement générale en disant qu'il souhaite aligner le public sur le privé. Ceci concernera-t-il aussi les salaires ?
  • Les syndicats, qui souhaitent ne toucher à rien, aux risques de faire apparaître les fonctionnaires comme des nantis (même si l'on sait que cela est faux) auprès de la population et donc de se couper de son soutien.


Je pense que nous devrions tous partir sur l'idée de pénibilité au travail et mettre en comparaison les personnels qui ont un travail physiquement peu contraignant, comme les employés de bureau, les administratifs, les cadres, et ceux, pour qui le boulot représente un véritable travail de force, qui porte atteinte à leur espérance de vie, comme les cheminots, les marins pêcheurs, les ouvriers des routes, du BTP etc ...


C'est à tous ces gens là (du public comme du privé) qu'il faut ouvrir et élargir les régimes spéciaux.


Sans cette prise en compte des spécificités de chaque métier, et en voulant généraliser un système, on décrédibilise une noble idée, qu'ensuite, un Sarko aura toute facilité à défaire avec l'assentiment du bon peuple.

Aucun commentaire: