Notre Dame des Landes

"Le motif de base de la résistance était l'indignation. Nous vétérans des mouvements de résistance et des forces combattantes de la France libre, nous appelons les jeunes générations à faire vivre, transmettre, l'héritage de la résistance et ses idéaux. Nous leur disons : prenez le relais, indignez-vous ! Les responsables politiques, économiques, intellectuels et l'ensemble de la société ne doivent pas démissionner, ni se laisser impressionner par l'actuelle dictature des marchés financiers qui menacent la paix et la démocratie.

Je vous souhaite à tous, à chacun d'entre vous d'avoir votre motif d'indignation. C'est précieux."

Stéphane Hessel

dimanche 20 juillet 2014

Israël-Palestine : pour une paix durable

"Personne ne naît en haïssant une autre personne à cause de la couleur de sa peau, ou de son passé, ou de sa religion. Les gens apprennent à haïr, et s'ils peuvent apprendre à haïr, alors on peut leur enseigner aussi à aimer, car l'amour naît plus naturellement dans le cœur de l'homme que son contraire." Nelson Mandela

Il est un fait à reconnaitre et je vous l'accorderai, je ne connais la situation d'Israël et de la Palestine qu'à travers ce que je lis et j'entends depuis 46 ans, c’est-à-dire avec la possibilité de me faire manipuler. Aussi je m'abstiendrai de porter sur un jugement manichéen sur un conflit aussi complexe et auquel je ne connais pas grand-chose, ni géopolitiquement, ni religieusement, ni viscéralement. J'éviterai de désigner des bons est des méchants même si, comme tout bon observateur étranger pacifiste et idéaliste, disciple de Martin Luther King, de Gandhi et de Mandela, je choisirais le camp de la paix, car l'idée d'un conflit généralisé, comme seule solution, m'est impensable. Mais, même si je n'ai jamais connu la guerre, ni jamais connu ce que c'est que d'être au sous-sol, comme l'ont connu mes parents entre 42 et 45, en entendant siffler les bombes avec mes enfants et que ma prise de position pourra paraitre quelque peu bobo, je m'exprimerai quand même. Je m'exprimerai quand même "moi qui ai toujours aimé tous les Robins des Bois, Les peuples insoumis". Je m'exprimerai quand même car je suis héritier (Cf : "Indignez vous" Stéphane Hessel) de la résistance française, celle qui s'est battue contre l'envahisseur fasciste, celle de la France éternelle, la belle, la rebelle et ainsi mon cœur et mon esprit ne peut rester sans réagir. Certes mon texte vous paraitra un peu naïf et un peu court face à une situation conflictuelle qui dure depuis 70 ans, mais mon texte aura l'envie d'être juste. Certes, également, mon texte ne changera par le cours de l'histoire mais ce texte sera ma contribution de colibri dans le grand maelström des événements.

En préambule et avant toute chose je revendique le droit, sans être taxé d'antisémitisme, de critiquer et de condamner la politique fasciste d'Israël car je réaffirme mon amitié et mon respect pour tous les croyants Juifs pacifistes et épris de justice. Je revendique le droit, sans être taxé d'islamophobie, de condamner les intégristes musulmans qui, sous prétexte d'avoir une vertu religieuse, en ont oublié d'en avoir une morale. En préambule toujours, je considère toujours que les Palestiniens ont le droit à un Etat, qui coexisterait avec celui d’Israël et que la politique de colonisation des territoires occupés est une offense et un crime contre l'humanité. De plus il est clair que nous ne pouvons accepter les massacres de civils ... d'où qu'ils viennent. Je réaffirme, aujourd'hui comme hier, que je ne peux accepter le massacre et/ou la déportation de familles ... ceux qui s'y livrent ne sont pas dignes d'être appelé humain. En préambule enfin, je réaffirmerai mon attachement aux combats de Yasser Arafat qui, après avoir été un guerrier avant d'être un pacifiste, avait toujours eu l'honneur de ne faire la guerre que contre une armée. Yasser Arafat qui, le 14 décembre 1988 réaffirmait que ses vœux de paix aillent à "l'État de Palestine, Israël et les autres voisins", et qu'il "renonçait à toute forme de terrorisme, incluant le terrorisme individuel, de groupe ou d'État".

Ces préambules passés, entendons que des leaders sud-africains reconnaissent dans le traitement qui est fait au peuple palestinien un apartheid semblable à celui qu'ils ont connu dans le passé. Voyons aussi que tout un pan de la population palestinienne, athée, humaniste, humain, qui se contrefiche de l'appartenance religieuse de son voisin et veut simplement vivre en toute dignité et liberté, avec des droits basiques, souffre. Ma pensée ira donc aux peuples qui souffrent est qui sont les otages de fanatiques religieux tant juifs qu'islamistes. Ma pensée ira aux peuples qui souffrent, victimes de ces caricatures cauchemardesques d'Hommes de foi, de ces insultes aux messages de paix et d'amour qu'ils prônent. Ma pensée ira pour ces victimes, en demandant l'arrêt des frappes israéliennes, puis l'instauration de conditions de vie durables et dignes en Palestine et à Gaza, en particulier, qui n'est rien d'autre qu'un immense camp de concentration. Ainsi, comme j'ai dénoncé avec d'autres, en son temps, l'apartheid en Afrique du Sud, je dénoncerai encore et toujours, à ceux qui veulent l'entendre, cette ségrégation inique.

Dans le même temps, j'entends la colère qui gronde. Colère qui serait légitime si elle n'était pas religieuse. J'entends la colère qui monte, mais je n'y vois pas une noble colère, une colère constructive qui pousse à se défendre pour trouver, ensuite, le chemin de la paix avec ses ennemis. J'entends une colère raciste, exterminatrice ... religieuse. Car il m'est impossible de ne pas constater, qu'aujourd’hui, le conflit israélo-palestinien est, en grande partie, instrumentalisé par les extrémistes religieux aussi bien israéliens que palestiniens et par ceux qui, en France, font la guerre avec la peau des autres. Alors, malgré l'impression de lâcheté que cela procure, je ne peux défendre le peuple palestinien à travers le HAMAS. Moi qui ai toujours aimé les résistants, je ne vois pas, dans le HAMAS, cette qualité, comme je ne vois pas dans le gouvernement israélien ce qui devrait être la grandeur humaine. Je ne suivrai pas le politiquement correct fusse-t-il de Gauche, car je ne vois pas dans cette colère, qui anime les deux parties, se revendiquant pourtant du même livre originel, la volonté de paix et d'amour de son ennemi que leur dieu de miséricorde leur enseignerait pourtant. "être libre, ce n'est pas seulement se débarrasser de ses chaînes ; c'est vivre d'une façon qui respecte et renforce la liberté des autres" Nelson Mandela.

Alors non je n'irais pas manifester aux cotés de religieux, même si cela est pour dénoncer une extermination ethnique, car je sais que, la victoire venue, ces religieux, victimes aujourd'hui, deviendrons les bourreaux de demain. Je n'irai pas manifester aux cotés des amis de Dieudonné. Ma prise de position sera, alors, celle de Leïla Shahid qui seule est légitime pour parler. Leïla Shahid que j'ai toujours eu envie de suivre et d'écouter sur ce sujet. Leïla Shahid femme debout. Leïla Shahid femme déterminée, sans concession mais toujours pacifiste. Quand je pense au peuple palestinien c'est à travers son action que je le vois. Et mon blog sera ma prise de position qui condamnera les propos irresponsables de notre président et de notre premier ministre qui légitiment les frappes d'Israël contre un peuple qui ne plie pas depuis 70 ans. Mon blog sera ma dénonciation du massacre de familles palestiniennes. Mon blog sera ma façon de demander une intervention, sans atermoiement, de l'ONU qui a reconnu l'état palestinien en 1988. Mon blog sera ma façon de demander le retour aux frontières de 1947, au retrait des colonies juives et à la coexistence de deux états. Mon blog sera ma façon de d'appeler au cessez le feu, à la paix et au soutien international du peuple palestinien. Mon blog sera ma façon de rappeler que Mandela a, un jour, remercié les peuples des nations occidentales d'avoir boycotté l'Afrique du Sud ayant, sans conteste, participé à sa victoire.

Dans cette veine là, dans l'immédiat et dans un contexte où l'on ne voit aucun signe, ni même une volonté d'apaisement du conflit, j'en arrive à me dire qu'il n'y aurait aucune autre solution que de voir la communauté internationale mettre sous tutelle ces pays dont les dirigeants successifs ne parviennent pas à s'entendre. Une mise sous tutelle qui durerait plusieurs dizaines d'années, le temps de laisser une nouvelle génération arriver aux commandes avec de véritables objectifs de paix durable. Cela aurait été un beau job pour Mandela.

Mais en attendant, force est donc de constater que tout est donc bien dans le meilleur des mondes puisque la haine se porte bien. Israël fait chier son monde et joue les fachos, les islamistes terrorisent l'humanité, les Russes et les ricains nous rejouent l'escalade belliqueuse. Pendant que l'humanité se focalise sur ses haines, le temps passe et les crises environnementales, climatiques, métalliques et énergétiques, qui conditionneront la survie ou la disparition de notre espèce, à moyen terme, s'aggravent chaque jour un peu plus. Alors qu'il faudrait une union sacrée pour affronter et regarder le dragon dans les yeux, l'humanité préfère se foutre sur la gueule ou jouer au foot. Tout est bien, tout est bien.

Bruno BOMBLED

Aucun commentaire: