Notre Dame des Landes

"Le motif de base de la résistance était l'indignation. Nous vétérans des mouvements de résistance et des forces combattantes de la France libre, nous appelons les jeunes générations à faire vivre, transmettre, l'héritage de la résistance et ses idéaux. Nous leur disons : prenez le relais, indignez-vous ! Les responsables politiques, économiques, intellectuels et l'ensemble de la société ne doivent pas démissionner, ni se laisser impressionner par l'actuelle dictature des marchés financiers qui menacent la paix et la démocratie.

Je vous souhaite à tous, à chacun d'entre vous d'avoir votre motif d'indignation. C'est précieux."

Stéphane Hessel

samedi 30 novembre 2013

En vrac : Climat, OGM et prostitution

Climat : Le Japon, le Canada, l’Australie reculent sur leurs engagements. La Pologne a bloqué les négociations. Et aucun pays ne fait contrepoids.

Qui a entendu des négociations climatiques de Varsovie qui se sont terminées le 22 novembre ? 

Personne ? Normal la crise climatique qui remet en cause notre mode de vie est définitivement (volontairement ?) Persona non grata dans le concert des dogmes consumériste et productiviste. 

Le Japon a prévenu que ses émissions de CO2 allaient augmenter de 3.8% d’ici à 2020, tandis que l’Australie a annoncé le retrait de sa taxe carbone. Il n’y a plus aucune volonté politique de faire avancer la cause climatique. En ayant organisé le sommet mondial du charbon durant la conférence et en plébiscitant l’exploitation des gaz de schistes, la Pologne se contrefiche ouvertement des questions climatiques. Si la Chine n’est pas très allante sur ses engagements de réduction d’émissions de CO2, les Etats-Unis refusent de s’engager sur des objectifs chiffrés et l’Europe est engluée … A Copenhague, les pays avaient promis de mettre la main au portefeuille en versant 100 milliard de dollars d’ici à 2020. Mais il semble que l’on s’éloigne de ces promesses. De 2010 à 2012, 30 milliards de dollars auraient dû être versés, mais seuls 6 milliards l'ont été. Enfin avant on parlait de milliards destinés aux politiques d’adaptation, maintenant on parle de millions. 

Tout cela alors que la « zone rouge » s’approche selon les scientifiques. Les politiques porteront la responsabilité de leur inaction.

------------------

OGM : Voici donc une étude qui dérange vraiment. L'étude sur les risques à long terme du maïs NK 603 et de son herbicide associé, le Roundup, produits tous les deux par la société Monsanto, publiée en septembre 2012 dérange tellement, que la revue « Food and chemical toxicology », qui avait publié l’article de Gilles Eric Séralini, lui demande de le retirer. La revue cède-t-elle aux pressions de Monsanto comme le dénonce Joël Spiroux, président du Criigen, Corinne Lepage, députée européenne, Paul Deheuvels, statisticien membre de l'Académie des sciences, François Veillerette, président de Générations futures ? Pour Gilles Eric Séralini, la demande qui lui est adressée est liée à "l'arrivée dans le comité éditorial de la revue de Richard Goodman, un biologiste qui a travaillé plusieurs années chez Monsanto", entre 1997 et 2004. "La publication du Pr Séralini pose les bonnes questions sur la toxicité à long-terme des OGM et de l'herbicide Roundup, ce n'est pas en le faisant retirer de la publication que ces questions vont disparaître", conclut Corinne Lepage.

------------------

Prostitution : En ce matin du 25 novembre, sur France Inter, j’ai trouvé mon maître en matière de Naïveté en la très respectable Ministre du droit des femmes, Mme Najat Vallaud-Belkacem. En effet, à la question de Patrick Cohen qui lui demandait si elle conseillerait à une prostituée de dénoncer son proxénète, comme le projet de loi le lui permettra (comme si cela n’existait pas dès à présent), elle de répondre que oui puisque le projet de loi la protégera 6 mois renouvelables le temps de la procédure. Hum, donc selon Mme la ministre les trafiquants et autres mafieux sont les seuls humains qui ne communiquent pas entre eux avec les moyens modernes et instantanés que nous offre notre merveilleux monde de technologies. Ainsi une fois le proxo dénoncé, il est sûr que jamais au grand jamais ses complices ne sauront qui l’a dénoncé et que les menaces mortelles faites sur les familles restées au pays ne s’appliqueront pas, et qu’une fois la protection (sous quelle forme ? avec quels moyens ?) levée et la fille rentrée au pays, celle-ci ne sera pas exécutée pour l’exemple.

Avec ce projet de loi c'est Candide au pouvoir :

"Mon client ne veut pas mettre de préservatif et est violent … je le dénonce à la police, c’est si siiiiiimple !"

"Je dénonce mon proxo et après les 6 mois de protection que m’offre la France, de retour au pays, je ne risque pas de représailles de la part des mafieux qui m’ont envoyé faire le trottoir dans le beau pays des droits de l’Homme. C’est tellement booooo la vie !!!!"

On va renouer avec la brigade des mœurs et le flicage des citoyens de base, mais en ne touchant surtout pas les riches héritiers, en goguette à Paris, qui louent les services d'escort-girls. Mme la ministre accorda ce matin là, sur France Inter, que le but est de supprimer la prostitution visible, putain quel cynisme il y a eu dans cet aveux ! Quid, dès lors des réseaux sur internet ? Dans les salons ? Dans les grands hôtels ? Quid des hommes et des transgenres qui se prostituent ? Rien ! On cachera la misère sous le tapis, mais elle sera toujours là, toujours plus underground, loin des associations, toujours plus à la merci des salauds mais notre conscience collective sera bien au chaud. Tout est bien dans le meilleur des mondes.

Non, la lutte contre les réseaux ne doit pas passer par l’utilisation des plus faibles. Nous ne pouvons accepter un transfert de responsabilités et demander aux victimes de se mettre encore plus en danger, elles et leurs familles. La juste et nécessaire lutte contre les réseaux doit se faire par l’installation de moyens policiers et militaires à la hauteur de nos ambitions.

Aucun commentaire: