Notre Dame des Landes

"Le motif de base de la résistance était l'indignation. Nous vétérans des mouvements de résistance et des forces combattantes de la France libre, nous appelons les jeunes générations à faire vivre, transmettre, l'héritage de la résistance et ses idéaux. Nous leur disons : prenez le relais, indignez-vous ! Les responsables politiques, économiques, intellectuels et l'ensemble de la société ne doivent pas démissionner, ni se laisser impressionner par l'actuelle dictature des marchés financiers qui menacent la paix et la démocratie.

Je vous souhaite à tous, à chacun d'entre vous d'avoir votre motif d'indignation. C'est précieux."

Stéphane Hessel

samedi 11 octobre 2014

Ecotaxe, la honte à la française

Comme beaucoup, me voici écœuré et révolté du report sine die (comprendre "enterrement") de l'écotaxe poids lourd par Madame Royal. Même si on le sentait venir, ce énième recul devant le lobby routier pèsera lourd sur les projets de transports en manque de financements, sur la lutte contre le réchauffement climatique mais aussi sur la pollution et donc la santé des Français-es. "Incompréhensible et inacceptable" pour la Fondation Hulot ; "indignés" et "en colère" chez France Nature Environnement ; "une décision irresponsable" selon Agir pour l'environnement ; "prise au détriment de l'intérêt général" pour le Réseau action climat … Les associations ne décolèrent pas.

Rappelons-nous que le principe de l'écotaxe a été adopté à l'unanimité (-4) des députés... en 2009. Mais celle-ci fut rapidement torpillée par des intérêts court-termistes et particuliers, incarnés, notamment, par des actions comme celles des Bonnets Rouges soutenus par ceux là même qui avaient voté cette loi, à savoir la droite.

Pour justifier cette énième reculade certains dénoncent une France des taxes, une France des freins à la croissance, mais qu'en est-il ailleurs en Europe ? Une taxe a été introduite, en Autriche, en 2004 sous forme de péage autoroutier pour les véhicules de plus de 3,5 tonnes, les gros camping-cars et les bus. Près de 430 portiques ont été placés le long des voies de circulation et la mise en place du système n’a pas donné lieu à d’importants mouvements de protestation. En Allemagne, une taxe est instaurée, depuis 2005, sous la forme d’un péage autoroutier pour les poids lourds. En Suède, depuis 2006, tous les véhicules sont soumis à une taxe carbone, basée sur le niveau de pollution. La Suisse, où l'écotaxe est en vigueur depuis 2001, a mis en place le ferroutage. En dépit d’une forte contestation, la Slovaquie a adopté en 2010 une taxe sur les poids lourds. En Pologne, depuis juillet 2011, une taxe pour les poids lourds de plus de 3,5 tonnes est en vigueur . Le gouvernement du Royaume-Uni, envisage toujours, quant à lui, d’introduire une taxe sur les poids lourds de 12 tonnes. Le Danemark, comme la Belgique, le Luxembourg, les Pays-Bas et la Suède, utilise le système d’Eurovignette qui oblige les poids lourds de 12 tonnes ou plus à payer pour utiliser les autoroutes. Les autres pays européens comme l’Espagne, l’Italie, la Norvège, la Roumanie ou les pays baltes n’ont pas de système de taxation équivalent. La France aura donc failli être le 7ème pays européen à adopter l’écotaxe sur les poids lourds.

Pour justifier cette énième reculade certains dénoncent une France des taxes, une France des freins à la croissance ... une France du chômage. Mais au nom de l'emploi, "alors que le chômage ravage tant de nos territoires et tant de nos familles" (Sarko), tout projet est-il bon ? Visiblement oui pour certains pour qui, hypocritement (car nous le savons maintenant, ils n'en ont cure du peuple et de son avenir), la fin justifie tous les moyens, même si la fin est plus qu incertaine. Et peut importe les ravages occasionnés ... Chaque fois que l'écologie demande un choix courageux et une volonté politique d'aboutir, il est remarquable d'observer, qu'à chaque fois, il y a recul devant les lobbies. Ainsi donc, à la suite de la Ministre Laurence Rossignol qui rassure la manif pour tous ("La manif pour tous n'a pas de raison de s'inquiéter"), la ministre de l'écologie rassure les lobbies de la mondialisation, du fric, de l'exploitation et de la destruction. Comme j'aimerais entendre ce genre de réconforts quand les salariés manifestent, quand les scientifiques manifestent, quand les sans papiers manifestent, quand les écolos manifestent. Mais non, le peuple de gauche, lui, peut s'inquiéter, ça on avait commencé à le comprendre.

Cet abandon, en bonne et due forme, est une honte absolue pour notre pays. Comment avoir la plus petite once de respect pour les politiciens après 5 ans d'une telle gabegie ? 600 millions d'euros pour la mise en place des portiques et 850 millions d'euros de dommages et intérêts pour Ecomouv. Tout cela c'est bonnet rouge et rouge bonnet à l'âge de la fuite en avant, du manque de courage et d'imagination, de l'immobilisme et du baissage de froc. Une gouvernance à la petite semaine pour essayer de sauver un point dans les sondages. Pathétiques.

Pour compenser les pertes, la nouvelle idée géniale du gouvernement serait de prélever sur les bénéfices (redistribution de 15 milliards d'euros de dividendes depuis la privatisation) des péages des autoroutes... heu ! Et qui est-ce qui paye aux péages ? C'est nous, les vaches à lait !!! Brillante idée donc, qui ne cache pas que la première erreur aura été de privatiser les autoroutes, construites grâce aux finances publiques et privant l'état des subsides qui lui revenaient. Mais rassurez-vous, cette nouvelle annonce sera ensuite, comme le reste, abandonnée sine die devant les gros yeux de Vinci. Cette idée sera abandonnée avec d'autant plus de facilités que les contrats de concession ont été négociés avec moult garanties pour les trois sociétés concessionnaires -Vinci, Eiffage associé au fonds australien Macquarie et l'espagnol Abertis – puisqu'ils imposent de verser des compensations à toute augmentation de la fiscalité. Ces compensations pouvant prendre deux formes, soit l'augmentation des tarifs de péages, soit le rallongement de la durée de concession (article 32). Ainsi et dans ces conditions, il est clair que le projet de taxer les autoroutes laisse plus que sceptique.

En France donc, si en effet on n'a pas de pétrole, il est clair que l'on a des lobbies qui ont leurs propres idées de leurs intérêts, de la probité et du courage de nos politiques. Véritablement ce gouvernement est en dessous de tout.

Ségolène Royal a été récemment encensée par des élus "écologistes" ... résultat ? Elle en profite pour supprimer l'écotaxe, laissant la facture aux français. Une ministre de l'écologie dites-vous ? Comment le penser devant les autorisations systématiques des tirs de loups, la reprise de programmes d'exploration de gaz de schiste, l'attente interminable de l'abandon du projet inutile et imposé de Notre Dame des Landes, son grand amour de la corrida et l'abandon de l'écotaxe ? Ainsi donc à l'instar du gouvernement, Mme Royal est donc la ministre des lobbies, pas celle de l'écologie et ce ne sera pas sa marche pour le climat, à New-York le 23 septembre, qui nous illusionnera.

"Quand ils auront coupé le dernier arbre, empoisonné le dernier ruisseau, pêché le dernier poisson. Alors ils s’apercevront que l’argent ne se mange pas."
Sitting Bull.

Aucun commentaire: