Notre Dame des Landes

"Le motif de base de la résistance était l'indignation. Nous vétérans des mouvements de résistance et des forces combattantes de la France libre, nous appelons les jeunes générations à faire vivre, transmettre, l'héritage de la résistance et ses idéaux. Nous leur disons : prenez le relais, indignez-vous ! Les responsables politiques, économiques, intellectuels et l'ensemble de la société ne doivent pas démissionner, ni se laisser impressionner par l'actuelle dictature des marchés financiers qui menacent la paix et la démocratie.

Je vous souhaite à tous, à chacun d'entre vous d'avoir votre motif d'indignation. C'est précieux."

Stéphane Hessel

lundi 7 février 2011

Non au Gaz de schiste

« Rechercher les gaz de schiste et les schistes bitumeux en Europe », telle est une des recommandations lancée par le Conseil de l’Union européenne consacré à l’énergie vendredi 4 février 2011 à Bruxelles. La France, où la contestation s’accentue, soutien les conclusions du Conseil.

Il faut tout de même savoir que le schiste bitumineux, roche sédimentaire à forte teneur en matière organique qui n’a pas évolué en pétrole, est une importante source d’hydrocarbures, de part le monde, que l’on obtient par transformation pyrolytique à 500°C. Cependant, le rendement est mauvais : le bilan énergétique est très faible, voire négatif, dans le sens où l’énergie utilisée pour obtenir le pétrole est souvent supérieure à celle obtenue en brûlant le combustible. De plus, d’énormes quantités de vapeur d’eau sont consommées : il faut un à quatre barils d’eau pour un baril de pétrole.

Pourtant le Conseil de l’Union européenne, réuni vendredi 4 février à Bruxelles, a recommandé aux 27 Etats membres de se lancer dans une politique d’exploration de ses ressources en gaz de schiste et en schiste bitumeux. « Il conviendrait d’évaluer le potentiel dont dispose l’Europe en matière d’extraction et d’utilisation durables de ressources en combustibles fossiles conventionnels et non conventionnels (gaz de schistes et schiste bitumineux) ». Moins de 4 lignes auront suffit, dans un document de 16 pages, pour encourager les gouvernements européens à se lancer dans une politique minière à haut risque environnemental et social.

De son coté la France, en mars 2010, a accordé trois permis de recherche de gaz de schiste. Et même si Nathalie Kosciusko-Morizet annonce la suspension temporaire des autorisations de forage exploratoire la réalité est le lancement à Doue, dans le Val-de-Marne, du premier forage exploratoire de schiste bitumeux, mais il est vrai qu’il s’agit cette fois de pétrole non conventionnel et non de gaz, mais dont les techniques d’exploitation n’ont rien à envier à celle utilisées pour le gaz.

Les partisans du « tout-va-bien-nous-avons-encore-beaucoup-de-pétrole-pourquoi-chercher-autre-chose- ? » ont beau se voiler la face et jouer à la méthode Coué, cette course vers les hydrocarbures non conventionnels, que l’Europe encourage, révèle, bel et bien, que nous sommes au bord d’un pic pétrolier qui ne veut pas dire son nom. Ainsi investir dans ces énergies c’est autant d’investissements qui ne vont pas dans la recherche de solutions alternatives et d’économie d’énergie. C’est aussi toujours plus de Gaz à Effet de Serre émis alors que les recommandations du GIEC appellent à les réduire afin de stabiliser le réchauffement global à 2°C. Faire ces recherches c’est poursuivre la fuite en avant de notre monde carboné plutôt que d’anticiper et prendre les mesures qui s’imposent pour un monde réellement durable.

Sur le terrain les mobilisations se poursuivent comme à Villeneuve-de-Berg en Ardèche où la réunion publique prévue pour le jeudi 10 février n’est pas remise en cause par les déclarations de la ministre, ou à Lussas où la réunion prévue jeudi 3 février s’est déroulée comme prévu. Les présidents de quatre conseils généraux (Ardèche, Drôme, Gard, Hérault et Lozère) sur les six concernés par les permis, les autres étant l’Aveyron et la Lozère, se sont alliés « pour se faire entendre ». S’ils ont pris acte de la suspension des travaux annoncée par NKM, ils disent rester « vigilants et déterminés ». Mais si la mobilisation des CG est nécessaire elle n’est pas suffisante, il faut une forte dénonciation populaire pour ne pas laisser faire et montrer que la seule voie possible pour la France d’atteindre son indépendance énergétique est la voie des énergies renouvelables pauvres en émissions de Gaz à Effet de Serre.

Bruno BOMBLED

Source : developpementdurablelejournal.com, yabiladi.com

Aucun commentaire: