Notre Dame des Landes

"Le motif de base de la résistance était l'indignation. Nous vétérans des mouvements de résistance et des forces combattantes de la France libre, nous appelons les jeunes générations à faire vivre, transmettre, l'héritage de la résistance et ses idéaux. Nous leur disons : prenez le relais, indignez-vous ! Les responsables politiques, économiques, intellectuels et l'ensemble de la société ne doivent pas démissionner, ni se laisser impressionner par l'actuelle dictature des marchés financiers qui menacent la paix et la démocratie.

Je vous souhaite à tous, à chacun d'entre vous d'avoir votre motif d'indignation. C'est précieux."

Stéphane Hessel

jeudi 2 août 2007

La symbolique négative de la gauche.

De tout temps et dans beaucoup de nations, la gauche est associée à des idées négatives alors que la droite, elle, est plutôt associé à des notions positives, et c'est ce que nous allons voir ci-après.

Cette démonstration est importante à mes yeux -comme les autres précédemment écrites dans ce blog - car nous sommes tous pétris, individuellement, de cultures collectives qui nous dirigent insidieusement et qui guident nos réflexions, nos choix, nos idées, nos actes etc... et c'est à force de connaissance et de verbalisation, de cette culture enfouie, que nous parvenons à combattre la facilité et mener à bien une réflexion personnelle, originale et libre. La seule condition, à cette pensée libre, est l'acceptation, de façon individuelle, que nous accueillons, au plus profond de nous même, des idées toutes faites, souvent détestables, reçues, involontairement, en héritage et qu'il nous faut les rejeter après les avoir verbalisées.



Ainsi et tout d'abord il est possible de retrouver, chez les celtes, cette symbolique de la bonne droite et de la mauvaise gauche. Cette illustration est très visible avec le triskel où le sens de rotation est important et a une signification. En effet ce symbole peut tourner dans les deux sens. S'il tourne vers la droite, sens anticyclonique, c'est un signe de paix, vers la gauche, sens dépressionnaire, c'est alors un signe belliqueux.

On trouve ici la symbolique des danses de guerres celtes qui commencent toujours par la gauche, manifestation de défis et d'hostilité, pour se finir vers la droite en signe de victoire. De la même façon les danses bretonnes tournent toujours vers la droite en signe de joie et d'allégresse.

On retrouve ce sens dépressionnaire (dépression, gris, pluies, froid ... vous voyez où je veux en venir) en météorologie où les vents tournent vers la gauche.

En anglais, "droite" se dit "Right". D'ailleurs le mot "right" est assimilé à la notion de vérité : that's right = c'est exact ! Il est donc distillé que la droite c'est la vérité.

En italien "gauche" se dit sinistra … sinistre !

Les gauchers étaient mal vus, il fallait les éduquer à devenir droitier

Ne dit on pas de quelqu'un qui est maladroit, qu'il est gauche ?

N'a-t-on pas cette expression : "A croire qu'il a deux mains gauche !" ?

La main gauche est donc la mauvaise main.

Quand on se dit bonjour on se serre la main droite.

Quant on jure, on lève la main droite … seul coté digne

Les américains, quand ils chantent leur hymne national, mettent la main droite sur le cœur.

Le dessinateur de BD, Frisenda, dans son tome 1 de sa série "Esprit du vent" ne s'y est pas trompé et a nommé son épisode, comme une évidence allant de soit, "La main gauche du Diable"

Dans la religion chrétienne la place de choix est la droite, car Jésus est assis à la droite du père.

Le signe de croix se fait avec la main droite

La gauche est donc bien, dans notre culture collective, associée au diable et au mal.

Il n'est pas étonnant alors que, pour ma grand-mère adorée et très chrétienne, le fait que je sois de gauche soit vécu comme un blasphème. Il n'est pas étonnant alors que l'église se soit toujours mise du coté des gens de droite. Il n'est pas étonnant, qu'au sein de l'église, les chrétiens dont il faut se méfier, qui peuvent être potentiellement déviant, sont ceux qui sont nommés, comme des animaux étranges et improbables, "les chrétiens de gauche".

De même dans notre société ne nous assène t'on pas que ceux qui sont réalistes sont les gens de droite et ceux qui sont toujours utopistes, pour ne pas dire à coté de leurs pompes, sont les gens de gauche ? Etre de gauche, avec ce passif, ne va donc pas de soit. Il faut toujours se justifier, montrer que l'on est réaliste, aux risques d'oublier nos valeurs de gauche. Il faut toujours montrer que l'on ne va pas détruire le système. Bref il faut montrer pâte blanche tous les jours et se battre en permanence contre cette méfiance culturelle. Alors que la droite, elle, part en permanence avec un a priori positif.

Il est donc bon de connaître l'origine de cette hostilité culturelle que l'on nous oppose afin de ne pas s'essouffler, car ce n'est pas demain la veille que nous récupèrerons une image positive. L'histoire moderne, d'ailleurs, ne nous aide pas avec Staline, l'URSS d'avant la perestroïka, la Chine et Cuba, la gauche, dans l'imaginaire collectif, s'est définitivement affublée, d'une autre image sinistre et contemporaine. La gauche devrait toujours avoir en tête cette devise : Il faut toute une vie pour se forger une réputation positive et cinq minute pour la ruiner !

Notre défit éternel sera donc de, perpétuellement et inlassablement, maintenir la barre à gauche malgré et contre tous les courants qui nous poussent vers la facilité droitière.

Le communisme n'a jamais existé il reste à inventer !

Aucun commentaire: