Notre Dame des Landes

"Le motif de base de la résistance était l'indignation. Nous vétérans des mouvements de résistance et des forces combattantes de la France libre, nous appelons les jeunes générations à faire vivre, transmettre, l'héritage de la résistance et ses idéaux. Nous leur disons : prenez le relais, indignez-vous ! Les responsables politiques, économiques, intellectuels et l'ensemble de la société ne doivent pas démissionner, ni se laisser impressionner par l'actuelle dictature des marchés financiers qui menacent la paix et la démocratie.

Je vous souhaite à tous, à chacun d'entre vous d'avoir votre motif d'indignation. C'est précieux."

Stéphane Hessel

lundi 9 avril 2007

Texte politiquement incorrect

Le plaisir masculin en 2007

Le plaisir masculin, en 2006, est bien encore un sujet tabou, si ce n'est, interdit (au moins dans sa revendication). Non légitime, il l'est aussi bien dans notre société qu'en couple. Le plaisir masculin n'a le droit de citer qu'au sein d'une relation amoureuse, qui, se doit d'être au service du plaisir de la femme ou du couple. Nous nous devons de la faire jouir, afin de lui prouver notre amour, afin de lui prouver notre forme sexuelle, pour l'équilibre du couple. Mais jamais, la jouissance de l'homme n'est évoquée comme but principal d'une relation sexuelle. Jamais l'homme n'a le droit de demander ni de recevoir. Le plaisir de l'homme n'a de place que, noyé dans le couple, il n'a pas le droit de citer. Il lui faut toujours donner. L'homme de 2007 donne et paye pour toutes les générations qui n'ont pas respecté les femmes. Et je m'insurge, car je ne suis pas responsable des actes et des mentalités du passé. Moi et bien d'autres hommes, vivons, aujourd'hui, avec nos désirs, nos envies et notre respect de l'autre.

Même la masturbation masculine, que l'on nome pudiquement plaisir solitaire, est mal vu. Au mieux elle est ignorée, au pire elle est salie par des invectives ou des rires. Plaisir qui, rappelons le, ne fait de mal, ni n'enlève rien à personne. Si nous revendiquons notre plaisir sexuel, on nous rétorque, immédiatement, d'aller voir ailleurs, que nous instrumentalisons le corps de la femme, que nous n'avons qu'à prendre une poupée gonflable !

A ce propos, et comme pour démontrer mon sentiment, il est frappant, en ce second semestre 2006, de voir comment le plaisir de la femme est officialisé, favorisé et même mis en avant. Il est sous entendus que, en parallèle de votre vie avec votre homme, il est normal que vous ayez, mesdames, dans votre sac à main, un petit vibromasseur pour un petit plaisir solitaire au bureau ou en voyage. La très officielle et institutionnelle émission "Envoyé Spécial", lors d'un reportage sur les sex-toys féminins, en ventes chez les particuliers, comme l'on vendait, en son temps, les tuperwares, ne disait pas autre chose. Et pour enfoncer le clou, la très jolie émission, "Les Maternelles", sur France 5, dans la rubrique, "On n'est pas que des parents", le 1er juin 07, faisait un reportage sur le même sujet. Il est possible de trouver, également, toute une gamme de vibromasseurs (qui ne sont rien d'autre que des pénis en érection) en page 436 du catalogue automne-hiver 2006-2007 de La Redoute. Que l'on se rassure cela ne me choque pas, j'approuve même ! Mais à quand des poupées gonflables ou des vagins artificiels dans ces catalogues grand public ? Tout de suite je sens que j'en crispe quelques unes. J'entend tout de suite les "ah ! Non ! Nos sexes ne sont pas des objets ! …" Alors pourquoi le notre en serait un ? Certes vous allez me dire que l'on trouve, aussi, des jouets érotiques qui concernent les hommes. Oui, mais toujours dans l'objectif d'une relation en couple : Lubrifiant, Love cube Kamasoutra, peinture de corps, huile d'amour kamasoutra. Jamais de finalité masculine, comme si cela n'était pas légitime.

Photo 1 : Focus de la page 366 du catalogue
automne-hivers 2007 de la redoute

Regardez comme l'on nous propose, avec bienveillance, ce film (Vers le Sud) qui nous relate les voyages de ces femmes de 40, 50 ans, ou plus, qui partent faire du tourisme sexuel en Haïti. Il est présenté comme étant "Un film courageux et fin, du cinéaste français Laurent Cantet, qui présente dans toute sa complexité une histoire de tourisme sexuel féminin". Transposons cela avec des hommes, c'est, vous l'avouerez, impensable, voir même choquant. Pourquoi ?

Regardez, comme il est mal vu, pour un homme d'aller voir une prostituée. Ce n'est pas interdit, c'est juste caché. C'est sale, c'est mal et immoral. Qu'il me soit permis, ici, de rendre hommage à toutes ces femmes qui font un métier vraiment difficile, mais qui rendent service à la nation en maintenant et en participant à la tranquillité public, car sans elles, il est à parier que les abus sexuels seraient beaucoup plus nombreux et ne seraient plus l'apanage des détraqués.

Notre société trouvera qu'une femme qui regarde un porno, est très libérée, en revanche un homme qui regarde un film X sera vu comme étant sale, dégradé et vicieux.

Ces dames achètent avec délectation le calendrier des "dieux du stades" qui chaque années créés l'évènement. Tout le monde trouve magnifique ces hommes qui s'exhibent presque totalement nu, dans des positions plus qu'équivoques. Cela ne choque personne si la couverture de ce calendrier est mise en devanture d'une librairie. Translatons cela aux calendrier de femmes, là, tout de suite, on sent, qu'instinctivement, on change de bienveillance. Alors on les accrochera, cachées dans un placard de vestiaire, dans une cabine de bateau ou de camion, dans un atelier. Là où peu de gens peuvent les voir, alors que nos indispensables secrétaires les affichent ostensiblement dans leur bureau où passe une quantité importante de personne. Ils sont accrochés aux murs sans se demander si cela peut choquer du monde, nous sommes de la viande, du consommable, du inutile. Je ne m'imagine pas afficher une femme nue dans mon bureau, j'aurai certainement des remarques pressantes pour cacher ses seins que nous ne saurions voir. Pourquoi deux poids, deux mesures ?

Je pense que les principes de la libération de la femme, qui sont allés avec la pilules et l'avortement (que je ne remets pas, un seul instant, en cause) et qui dictaient, aux femmes, de se réapproprier leur corps, ont été très bien intégrés. Seulement, en parallèle de ces justes principes, s'est développé, un dénigrement systématique, de l'homme, comparé à un sexe sur pattes, incapable de s'occuper de ses enfants, tout juste bon à se tuer au travail, à regarder le foot à la télé et boire des bières.

Alors que l'on ne se méprenne pas sur mes propos, je ne prône pas un retour en arrière, ni un retours à de quelconques valeurs puritaines qui auraient fait la grandeur de notre société. Non ! Au grand jamais je ne dis cela. Je prône juste un élargissement de cette liberté sexuelle. Une liberté sexuelle entre adultes consentant, ou seul, dans sont coin, sans jugements et sans commentaires. Une liberté où tous les protagonistes pourrait demander à recevoir et recevrait sans que cela ne choque la morale. Sans que les femmes ne se sentent dégradées et instrumentalisées lorsqu'elle donnent du plaisir aux hommes. Je demande que ce qui est énoncé comme normal et allant de soit, pour les femmes, soit offert aux hommes, car sans cela nous montrerons combien l'homme est dévalué et non légitime dans notre monde.

3 commentaires:

Tleheros a dit…

Excellent, je sais le commentaire est tardif vis à vis de la date de l'écriture mais il est c'est cela les affres de la découverte .. Je suis entièrement d'accord avec ce que tu énonces je rajouterais même, au risque de passer pour un aigris, que la médiatisation qui est axée uniquement autour du plaisir féminin est en train d'influencer "les futurs hommes" au point de les jeter dans des caricatures de relations amoureuses basées stérotypes (violence, culte du corps, partenaire "jetable", ..). ... personnellement je regrette vraiment de ne pas voir dans les médias le thème du plaisir masculin traité comme l'est aujourd'hui celui de la femme et surtout que l'on ne traite que l'un des deux partenaires du plaisir ...

Bruno BOMBLED a dit…

Excuse moi pour cette réponse, également, aussi tardive, mais je n'étais pas allé dans mes archives depuis un bon moment et je n'avais donc pas remarqué ton commentaire. Merci donc pour ta contribution qui me conforte dans mon sentiment que je ne suis pas seul à ressentir cette injustice.

Je rajouterai à ce que tu dis que les hommes sont aussi fautifs dans le sens où ils n'assument pas, haut et fort, ce que je dénonce dans mon texte. Ils n'osent pas revendiquer de peur de passer pour des frustrés, ils ont peur de passer pour des midinettes ou que sais-je de plus humiliant pour un homme. Ils ont peur, aussi, de passer pour des machos en disant ouvertement qu'ils existent aussi. Certains ont aussi du dédain et nient le problème. Tant que nous auront peur de dire notre sentiment nous n'existerons pas. L'homme est devenu peureux et culpabilisé par des années de MLF où nous n'étions que des "vous les hommes" ! Il nous faut donc, dès qu'on le peut, mettre ce sujet sur la table afin d'exister.

Merci et au plaisir de te retrouver sur ce blog.

Bruno

JC GUILLOU a dit…

Article courageux et tres bien ecris.
Depuis des lustres les hommes allaient au bordel et rentraient a la maison retrouver leur femme qui ne voulait pas savoir d'ou il venait et fermait un oeil. Le plaisir masculin a toujours ete un secret de polichinelle, mais bien garde.
Les femmes etaient des meres avant tout. C'est pour cela que les hommes allaient au bordel... un ami pour le moins conservateur (tres catholique d'origine italienne) me disait ainsi qu'il n'imaginait pas que ca fiancee lui fasse une fellation... et qu'apres elle embrasse ses enfants.. c'est par respect pour elle qu'il avait recours a des services tariffes (en d'autres termes, des putes). Il n'etait pas encore marie et n'avait meme pas d'enfants !!!
Ah la Redoute... le fameux vibro pour masser les cuisses qui me laissait perplexe quand j'etais ados alors que je me masturbais en regardant les pages soutien gorge et culotte... je me disais "ce n'est pas tres pratique un objet oblong pour masser les cuisses"...

Certains te repondront qu'un homme qui multiplie les conquetes est respecte alors qu'une femme collectionneuse est considere comme une saloppe.
Mais cela change avec l'avenement des Cougars aux US (femmes mures qui entretiennent des petits jeunes). C'est marrant il y a quelques annees, on appelait cela des gigolos. L'homme seduisait les femmes et se faisait entretenir. Aujourd'hui ce sont les Cougars qui seduisent leur proie et entretiennent le jeune, car elles le peuvent. Interessant renversement de situation, et personne ne diront que ce sont des vieilles degueulasses.
Les canards, les lapins... tout ces mots pour des vibros sont languages communs car les femmes ont le droit au plaisir...
Comme toi j'aimerai voir dans la redoute des bouches aspirantes, des vagins en sylicone, etc...

Mais apres des annees patriarcales les hommes sont de moins en moins des hommes. Et sans remettre en question les avancees et la liberation de la femme cela cree des problemes d'ajustements pour les futures generations (voire la generation actuelle ou meme la notre). Et comme les femmes sont beaucoup plus sensees, beaucoup plus malines et bien souvent beaucoup plus intelligentes que les hommes... on est mal barre !!!